Archives‎ > ‎

Archives 2009 - 1er semestre


01 juillet 2009 - Le 19 juin 2009, le Conseil d’administration approuve cinq nouveaux projets


Lors de sa réunion du 19 juin 2009, le Conseil d’Administration d’Aquassistance s’est engagé dans cinq nouveaux projets.

Kandi (Bénin)

Dans la Commune de Kandi, dans le Nord du Bénin, l’approvisionnement en eau potable reste très limité. Le manque et l’éloignement de points d’eau potable contraignent les populations et surtout les femmes à s’approvisionner dans les sources peu sûres. Les populations peulh se sont rapprochées des deux ONG béninoises Alafia et Crape qui ont réalisé un premier diagnostic. Le projet est un projet d’hydraulique villageoise classique. Cinq forages sont à réaliser et à équiper de pompes à motricité humaine. Des comités de villageois en assureront la gestion.

Hôpital REMA à Ruyigi (Burundi)


La Maison Shalom, ONG burundaise créée en 1993 œuvre pour la réunification des familles et la réintégration des enfants orphelins hutus et tutsis au Burundi. Maguy Barankitse, la fondatrice de Maison Shalom a créé, entre autre, l’Hôpital Rema à Ruyigi. Aquassistance est intervenue en 2006 et 2007 pour donner des conseils techniques pour l’alimentation en eau potable de l’hôpital et pour l’évacuation et le traitement des eaux usées. Maison Shalom a invité Aquassistance à réintervenir pour compléter les équipements qui s’avèrent insuffisants. Une première mission aura lieu dès octobre 2009.

(
http://www.maisonshalom.net/)

Ambohimahasoa (Madagascar)

En 2007-2008, l’association Fraternité Tout Horizon de Dunkerque a réalisé une alimentation en eau, financée par la Ville de Dunkerque, pour la Communauté des Sœurs Augustines et le village d’Ambohimahasoa au sud d’Antananarivo. Le système ne fait plus face à l’augmentation des besoins et Aquassistance doit examiner comment satisfaire la demande au moindre coût.







Maata Moulana (Mauritanie)

Aquassistance est déjà intervenue à Maata Moulana il y a quelques années pour la gestion des déchets et l’alimentation en eau. Cette ville proche de Nouakchott est un centre spirituel important qui croît très rapidement du fait de la présence de nombreuses écoles. Le schéma directeur élaboré en 2006 par Aquassistance conduisait à construire de nouveaux réservoirs mais, faute de financement, le projet avait été abandonné. Aquassistance va le mettre à jour et examiner avec son partenaire mauritanien Terre Vivante et la commune de Maata Moulana comment mettre en œuvre les préconisations.

(
http://www.matamoulana.net/french/index.htm)

(
http://www.terrevivante.net/)


Université UNATEK de Kibungo (Rwanda)

L’Université UNATEK de Kibungo est toute récente. Elle a été créée par des Rwandais retournant dans leur pays pour le reconstruire souvent après une longue absence. Le projet auquel Aquassistance va s’associer consiste à créer un laboratoire d’analyse des eaux pour les besoins du centre de recherches agronomiques et agroalimentaires. Première mission d’expertise en septembre.

(
http://www.unatek.org/spip.php?rubrique11



01 juillet 2009 - Aquassistance intervient au Bangladesh après le cyclone Aila


Le 28 mai 2009, le cyclone Aila a balayé le Sud du Bangladesh, faisant 190 morts. Le nombre relativement faible de victimes est dû à une très forte mobilisation de la population et à la mise en place de systèmes d'alerte. Mais les dégâts matériels sont aussi importants que ceux du cyclone SIDR en 2007, même s'ils n'ont pas mobilisé la presse internationale. Avec la rupture des digues sur plus de 1500 km, l'eau de mer a envahi les terres basses ; 680.000 maisons sont endommagées et 13.000 hectares de récolte sont détruits. L'eau salée a également contaminé les ressources en eau douce de près de 4 millions de personnes.

Aquassistance était déjà intervenue en 2007 au Bangladesh à la suite du cyclone SIDR. Aquassistance a choisi d'intervenir une nouvelle fois en 2009.

L'ONG bangladaise Gonoshasthaya Kendra (GK) a sollicité Aquassistance pour un appui à la desserte en eau potable de la population. GK assure déjà dans sa zone d'intervention l'alimentation très partielle en eau de boisson de 200.000 personnes, mais 150.000 autres en sont privées. La pollution saline des puits et marigots a retardé le secours en eau des populations et GK a dû trouver quelques points d’eau qui n'avaient pas été pollués à plus de 30 km du lieu de la catastrophe.

L'ONG Gonoshasthaya Kendra (
http://www.gkbd.org/) a une longue expérience dans l'aide aux populations les plus déshéritées puisqu'elle a été créée en 1972 après la guerre avec le Pakistan et elle agit aujourd'hui dans les domaines de la santé, de l'alimentation et de l'éducation.

Aquassistance a expédié le 29 juin deux stations mobiles de traitement d'eau qui doivent produire au minimum 100 000 litres d'eau potable par jour. GK assurera la distribution de l'eau produite avec la flotte de camions qu'ils ont mobilisée.

Une équipe formée de Jeanne-Astrid Fouégué (ingénieur opérations d'Aquassistance), Claude Boucher (Eau et Force) et Christian Rodier (retraité) partira pour Dakha le 3 juillet. Son rôle sera d’installer les deux unités de traitement et de produire de l’eau potable à partir des deux ressources d'eau non salée identifiées par GK.



24 avril 2009 - Conseil d'administration du 26 mars 2009 : 12 nouveaux projets

En mars 2009, le Conseil d’Administration d’Aquassistance a décidé de s’engager dans douze nouveaux projets qui s’ajoutent à la soixantaine en cours. Si huit de ces projets sont des projets assez classiques d’hydraulique villageoise en Afrique de l’Ouest, les quatre autres sont plus atypiques. Cela va du schéma directeur de gestion intégrée des déchets d’une ville moyenne (Gaibandha) à la reconstruction post crise de réseaux urbains (Gumri et Bwamanda) en passant par la capitalisation d’expérience croisée (collaboration avec ENDA Tiers Monde). Les équipes de bénévoles sont en cours de formation pour que les premières missions d’expertise soient toutes menées avant la fin de l’année 2009. Les premières auront lieu avant l’été.

Gaibandha (Bangladesh) : Aquassistance s’engage à côté de l’ONG franco-bangladaise 
Friendship dans un projet de gestion des déchets pour cette ville de 60.000 habitants, située au nord du pays sur les rives du fleuve Brahmapoutre. La première étape visera à évaluer en liaison avec la municipalité la faisabilité technique et financière de ce projet.

Friendship est un acteur humanitaire reconnu dans cette région du Bangladesh où les effets du réchauffement climatique sont devenus une réalité terrible pour la population la plus pauvre. L’ONG apporte sous la direction de Runa Khan, une aide considérable à la population défavorisée de la région, en matière de santé, développement micro-économique, environnement, éducation, etc.


Quartier Mouch à Gumri (Arménie) : Aquassistance s’associe encore avec Solidarité Protestante France Arménie, qui œuvre à Gumri depuis plus de 20 ans, à la suite du tremblement de terre d’Erevan. Il s’agit d’apporter un soutien technique à la régie des Eaux de Gumri, cette fois-ci dans le quartier Mouch qui compte 2.700 habitants. 
Comme dans le quartier Ani, l’objectif est de fournir aux habitants de l’eau 24 heures sur 24 et non pas 2 heures par jour comme maintenant. L’Agence de l’Eau Seine Normandie apportera une part essentielle du financement.


CDI Bwamanda (République Démocratique du Congo) : 
CDI Bwamanda est une ONG belge qui oeuvre dans le Nord de la RDC depuis plus de 40 ans dans les domaines de la santé, de l’éducation et du commerce équitable du café. La guerre civile a mis à mal les installations de la ville de Bwamanda (25.000 habitants) qui est le centre de gravité de l’action de CDI Bwamanda. Aquassistance s’associe à la reconstruction du réseau de distribution d’eau et des infrastructures sanitaires. CDI Bwamanda a obtenu pour ce projet un financement conséquent de la Région Flamande.

Projet ENDA Casamance (Sénégal) : 
ENDA Tiers Monde est une ONG internationale créée à Dakar en 1972. Elle a développé un concept original de citernes de récupération d’eau de pluie qu’elle a installées dans les villages insulaires de Casamance. A ce jour, grâce à ENDA, environ 29.000 personnes ont ainsi un accès à l’eau potable. L’objectif de la coopération ENDA – Aquassistance est de faire un bilan sur l’expérience des premières citernes et d’en déduire les conséquences sur l’amélioration de la conception et de la maintenance des ouvrages et sur la conservation de la qualité de l’eau, afin de poursuivre la construction de nouvelles citernes.



24 avril 2009 - Aquassistance poursuit son action dans l’hydraulique villageoise

Les besoins en eau dans les zones rurales ou semi-rurales de l’Afrique deviennent pressants avec le réchauffement climatique. Aquassistance reçoit des demandes de plus en plus nombreuses qu’il est impossible de prendre toutes en considération. Lors du 
Conseil d’Administration de mars 2009, nous avons retenu huit projets qui sont tous portés par des ONG locales ou par des associations loi 1901 de ressortissants de ces villages vivant en France et nous allons aider les populations des villages à réaliser ces projets indispensables pour l’amélioration de la santé et pour le déveoppement économique de ces régions. L’existence dans un projet d’un partenaire local est une condition nécessaire même si elle n’est pas suffisante pour réussir.


Fada N’Gourma (Burkina Faso) : Le projet concerne l’implantation de 10 forages et de pompes à motricité humaine dans 10 villages dans l’Est du Burkina Faso, bénéficiant à 7.390 habitants.

Les partenaires sont l’organisation internationale 
Fondacio et l’Association pour le Développement des communautés villageoises, basée à Fada N’Gourma. Aquassistance accompagnera cette dernière dans l’implantation des forages, la réalisation des études géophysiques et suivra les travaux de forage eux-mêmes, quand le projet sera financé.

Bankoumana et Somonoso (Mali) : En partenariat avec le 
Lycée Professionnel Luxembourg de Vesoul et une association malienne, Aquassistance prévoit une expertise visant l’amélioration de l’approvisionnement en eau de la base nautique de Bankoumana et du village Somonoso, en tout 2.000 habitants. Actuellement l’eau du fleuve Niger répond à tous les usages, mais avec de graves risques sanitaires.


Kovie (Togo) : Dans ce village de 6.000 habitants situé à 32 km de la capitale, Lomé, les habitants se fournissent en eau à partir d’un canal rizicole dérivé du fleuve Zio, à 1 km du village. C’est aux enfants que revient la corvée de l’eau.

L’association Jeunesse et Développement Durable Togo se bat pour améliorer les conditions de vie à Kovie. Elle a fait appel à Aquassistance après avoir connu le projet que nous avons réalisé à Tado. L’idée de départ est de trouver une ressource souterraine afin d’alimenter en eau les écoles et installer des bornes-fontaines dans le village.



Sinthiou Tapsirou (Sénégal) : C’est l’association ASTE des ressortissants en France qui a formulé la demande pour le village de Sinthiou Tapsirou, dans la région de Tambacounda, à l’est du Sénégal.

Aquassistance doit se prononcer après expertise sur un projet d’approvisionnement en eau potable du village et ses environs (2.250 habitants au total), à partir des installations existantes et de nouvelles. Les installations incluraient un mini-réseau avec des bornes-fontaines.

Dialiguel (Sénégal) : Ce projet est demandé par l’association de ressortissants de Dialiguel. Ce village de 1000 habitants se trouve également dans la région de Tambacounda, à la frontière avec le Mali. Le projet pourrait être financé par le PAISD (Programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité et de Développement).
Les 1.000 habitants s’approvisionnent en eau à partir de puits traditionnels et d’un seul forage, mais les besoins sont loin d’être satisfaits. La mission d’expertise doit se prononcer sur un projet d’alimentation en eau pour les habitants et le bétail.

Tagounite et Tighergar (Maroc) : Au vu des aménagements hydrauliques réalisés par Aquassistance à Enzaguen, dans l’Atlas, les villages proches de Tagounite et Tighergar (900 habitants au total) ont à leur tour formulé des demandes pour l’amélioration de leur desserte en eau potable. La région étant fortement touchée par la sécheresse ces dernières années, les sources actuelles d’approvisionnement s’avèrent très vulnérables et très insuffisantes. Les demandes d’aide ont été relayées par l’association loi 1901 Souss Initiatives et deux associations des villageois.

Houria (Maroc) : Située dans la même région que les deux villages précédents, Houria demande lui aussi une assistance technique pour améliorer son alimentation en eau en termes de qualité, quantité et accessibilité. Le partenaire est l'association locale Houria & Développement.




Ain Ehile Tayaa (Mauritanie) : Ce projet est conduit en partenariat avec deux associations : Solidarité basée à Nouakchott et
Zahara Mauritanie  de droit français. La commune (2.000 habitants permanents, 3.000 en été) souhaite une réhabilitation et une extension de son réseau d’eau potable et dans un deuxième temps l’assainissement permettant l’évacuation des eaux de pluie.



 
24 avril 2009 - Aquassistance poursuit son action sur trois projets
Lors de sa réunion de mars 2009, le Conseil d’Administration d’Aquassistance a également décidé après expertise sur le site, de poursuivre son implication sur trois projets lancés lors de précédentes réunions, soit en vue d’une recherche de financement, soit en post évaluation de projets plus anciens.

Albarkaram (Niger) : Ce projet doit permettre l’’approvisionnement en eau de cette commune rurale de 9.000 habitants qui ne dispose aujourd’hui que d’eaux superficielles ou souterraines impropres à la consommation humaine. Les partenaires du projet sont la Commune Rurale d’Albarkaram et la Mission Catholique de Zinder.

Deux missions d’étude ont permis de définir un schéma d’alimentation plausible mais celui-ci reste conditionné à l’existence de la ressource en eau supposée. Le Conseil d’Administration a décidé de réaliser à ses frais un forage d’essai afin de confirmer la faisabilité de ce projet qui devrait dépasser 300.000 euros. Il faudra trouver ensuite le financement pour le réaliser.

Bimbo (République Centrafricaine) : Aquassistance a décidé de poursuivre son engagement dans la mise en place du système d’adduction et de distribution d’eau et d’assainissement d’un centre d’éducation primaire et professionnelle et un centre de soins gérés par une congrégation religieuse. Ce système servira également à la population voisine de Bimbo, un quartier périurbain en pleine expansion de la capitale, Bangui. La réalisation reste suspendue à l’obtention d’un financement.

Rosso (Mauritanie) : Aquassistance en partenariat avec 
l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) avait aidé la Mairie de Rosso à mettre en place une gestion intégrée des déchets. Une expertise « un an après » avait montré que des ajustements étaient nécessaires. Réalisation en juin 2009.





24 avril 2009 - Assemblée Générale du 27 mars 2009

Quelque quatre-vingt membres venus de la France entière ont participé à l’Assemblée Générale du 27 mars.

Dans la matinée, l’Assemblée a voté à l’unanimité le rapport moral et les états financiers de l’année écoulée ainsi que les orientations 2009, parmi lesquelles :

- Politique : Révision de la charte et de la politique de l’association ; identification des attentes des parties prenantes ;

- Organisation : Révision des responsabilités et des missions du personnel salarié ; augmentation du nombre de bénévoles impliqués dans les projets ; prise en compte des souhaits des salariés du Groupe de participer à des actions autres que des missions de terrain ;

- Outillage informatique : Modernisation des outils pour rendre plus efficace le travail des équipes ;

- Communication : Dynamisation de la communication par Internet ;

- Technique : Poursuite des études sur la déferrisation et la distillation solaire d’eaux saumâtres ; amélioration des installations de traitement d’urgence.

Ensuite les participants se sont retrouvés autour d’un buffet et ont pu discuter de leurs engagements respectifs dans la vie de l’association.

Parmi les moments forts de l’après-midi, citons l’exposé sur L’AFD et les ONG de Louis L’Aot, ancien directeur à l’Agence Française de Développement, la présentation de l’association sœur, Energy Assistance, par Xavier Desmarets et les élections au Conseil d’Administration.

Nous saluons les deux nouveaux administrateurs élus au Conseil, Carmen Blayot de SITA Ouest et Gérard Lagraulet, retraité, anciennement chez SAFEGE.







01 avril 2009 - Trois projets récents : Haïti - Burkina Faso - Togo


Regardez ce petit documentaire ! Vous y trouverez quelques informations sur trois projets récents d'Aquassistance: Boucanlamare en Haïti, Niégo au Burkina Faso et Tado au Togo.

Pour le regarder en plein écran, faites un clic droit et choisissez Zoom - Plein écran.

N'oublions pas nos partenaires qui nous ont aidé à réaliser ces projets !

- Le projet de Boucanlamare a été réalisé en partenariat avec l'association
Soley Lakay et avec le concours financier du Comité des usagers de la Communauté Urbaine de Bordeaux. 

- Les partenaires du projet de Tado sont les associations 
AED Togo et Energy Assistance

- Pour le projet de Niégo, nous remercions ceux qui l'ont financé : 
l'Agence de l'Eau Seine Normandie, le SICASIL et le Club Rotary de Grasse.

 
30 mars 2009 - Notre engagement

Par Jean-Claude CLERMONT, Délégué Général d'Aquassistance 


Venir en aide à des populations en détresse est l'unique préoccupation, la seule justification de l'action de l'association. Si l'association réussit dans ses projets, c'est grâce à la compétence de ses membres et à l'apport financier de ses partenaires. Tous ceux qui participent à la préparation et l'exécution des projets le font bénévolement sur leur temps libre.



18 mars 2009 - Des nouvelles de quelques projets d'approvisionnement en eau

Fin 2008, on pouvait noter quelques évolutions dans la mise en œuvre de divers projets.

En Afrique, la mise en route de 2 nouvelles stations de traitement dans le cadre du projet Alizés 2 (Sénégal).pdf, une première expertise à Nara (Mali).pdf, un complément d’expertise à Albarkaram (Niger).pdf et l’avancement du projet d’hydraulique villageoise au Cercle de Kolokani (Mali).pdf

En Asie, la préparation de la pose des canalisations à Muang Long (Laos).pdf 


 
05 février 2009 - Projet "eau propre" en faveur du village vietnamien C2


C’est l’association « Enfants du Monde Solidarité » qui a proposé à Aquassistance le projet d’alimentation en eau du village C2, commune de Thanh Thang, province de Can Tho, dans le Delta du Mékong. 

Une première expertise menée en janvier 2007 dans ce village de 2650 habitants constate que la population utilise l’eau du Delta pour la culture du riz, l’eau souterraine polluée pour les usages domestiques, l’eau de pluie pour l’hygiène et l’eau embouteillée pour la boisson.

En juin 2008 une équipe se rend de nouveau à C2 et prépare les travaux. Elle obtient les autorisations nécessaires.

Le projet s’inspire de ce qui se pratique déjà dans certains des villages des alentours. Une convention entre la Commune de Thanh Thang, le comité des villageois, Enfants du Monde Solidarité et Aquassistance a défini précisément les obligations des uns et des autres. Ce projet qui approche les 100.000 euros est financé par les deux associations françaises mais aussi pour une bonne part par les villageois eux-mêmes.

Une entreprise locale de travaux publics a commencé les travaux de construction en janvier 2009. Au terme de ces travaux, dans six mois, le Village C2 disposera d’une station de traitement d’eau de surface, d’un réservoir de 15m3 et d’un réseau doté de branchements avec compteurs.

L’association « Villes en transition » a rejoint les autres partenaires. Cette association dispose d’une expérience de 14 ans dans la région. Son rôle consistera à surveiller l’avancement des travaux et elle y affectera un personnel qualifié.

Henri Sylvestre qui a conçu le projet, mènera la prochaine mission d’Aquassistance en mars 2009.



05 février 2009 - Aquassistance en 2008 - un premier bilan chiffré

L’activité 2008 de l’association est restée soutenue avec 68 missions, 122 bénévoles envoyés sur le terrain et 1318 jours de présence sur les sites.

Fin 2008, nous avions 63 projets en portefeuille qui concernaient 800.000 personnes dans le monde. Pendant l’année écoulée nous avons réalisé 68 missions (une mission est tout déplacement d’équipes Aquassistance sur site). Parmi celles-ci, deux missions étaient des interventions d’urgence, suite à un séisme dans le Sichuan en Chine et à des ouragans aux Gonaïves à Haïti ; les autres concernant l’aide au développement.

Les missions en eau potable restent majoritaires (70%), suivies par les missions sur les déchets (13%) et l’assainissement (5%). Enfin, 12% des missions s’intéressaient à plusieurs de ces domaines à la fois.

Le nombre d’adhérents a continué à augmenter de 9 % en 2008, pour atteindre 840 personnes.


16 janvier 2009 - Aquassistance forme des bénévoles de la Croix Rouge Française aux interventions d’urgence


Dans le cadre d’un partenariat entre la Croix Rouge Française et la Fondation Suez Environnement – Eau pour tous, Aquassistance a fourni du matériel de traitement d’urgence à la Plateforme d’Intervention Régionale Océanie Pacifique Sud (PIROPS), basée en Nouvelle Calédonie et formé les bénévoles de la Croix Rouge.


Ce matériel a été défini et réalisé en concertation avec la Croix Rouge et combiné avec leur stock de matériel d’intervention de Nouméa. Il est destiné à répondre aux besoins d’urgences humanitaires susceptibles d’apparaître dans cette zone géographique propice aux catastrophes climatiques.

Pour le déploiement de son matériel, la Croix Rouge Française forme régulièrement des Equipes de Réponse aux Urgence (ERU) au travers de sessions de formation de dix jours pendant lesquelles ses bénévoles se familiarisent avec les normes Croix Rouge et le matériel d’intervention.

Aquassistance a été conviée à participer à la session de formation du mois de novembre 2008 notamment pour la présentation de son matériel. Deux personnes ont été missionnées pour cette formation : Christian Rodier et Jean-Louis Devallez.

La formation pour un groupe de 28 stagiaires s’est déroulée du 1er au 11 novembre 2008 près de la ville de Bourail à 2 heures de route de Nouméa.

Elle a consisté en une partie théorique abordant les principaux thèmes liés à l’urgence humanitaire et aux standards de la Croix-Rouge ainsi qu’une partie pratique notamment consacrée à l’utilisation du matériel fourni par Aquassistance.

Une mise en situation terrain sur le dernier week-end a clôturé cette formation. Différentes équipes de stagiaires ont ainsi eu à gérer des situations de crise humanitaire définies au travers d’un scénario préalablement élaboré par l’équipe des formateurs.

Cette formation a été également l’occasion de comparer les différents types de matériel existant sur le traitement d’eau en urgence humanitaire. La Croix Rouge Australienne a ainsi présenté ses propres stations et nous avons pu observer le matériel de la Croix Rouge Française présent dans le stock prédisposé sur Nouméa concernant surtout le stockage et la distribution de l’eau. D’autres types de matériel utilisés par d’autres plateformes d’intervention Croix Rouge ont également été évoqués. Tous ces échanges doivent nous aider à faire évoluer notre propre matériel d'urgence

 
16 janvier 2009 - Une cheminée en acier inox pour le four incinérateur de Gabu (Guinée Bissau)


Lors de la première mission d’expertise, les représentants d’Aquassistance ont été horrifiés de trouver sur le dépotoir qui servait de décharge à la ville de Gabu (35 000 habitants) des seringues, des pochettes de dialyse et des flacons de médicaments usagés. Ce site servait de carrière à une entreprise locale de travaux publics, de prairie pour les vaches, et de terrain de jeux pour les enfants du quartier. Nous ne pouvions pas rester là, sans rien faire !


La source de ces déchets était l’hôpital de la ville, qui ne séparait pas les déchets de soins et les ordures ménagères. Donc aucun traitement particulier pour l’élimination des déchets hospitaliers dangereux : seringues, scalpels, pansements souillés... Dans un premier temps, nous avons remis sept conteneurs (un par service de l’hôpital) au Directeur Régional de la Santé pour séparer les déchets ménagers des déchets dangereux.

Au retour de la mission en France, un groupe de travail a été constitué, formé de bénévoles d’Aquassistance retraités ou actifs de la société Novergie. En mai 2006, nous avons remis un dossier technique pour la construction du four incinérateur à la Direction Régionale de la Santé, qui a donné l’autorisation de construire le four sur le site de l’hôpital. Vu les difficultés rencontrées sur place, nous avons décidé de faire construire la cheminée en France. La société ASP Technologie a réalisé cet ouvrage en acier inox pour résister à l’humidité de la saison des pluies.

Partie en septembre de France, cette cheminée a été installée en décembre 2008 sur site par Philippe L’Huillier. Avec l’aide de volontaires de quartiers, la contribution bénévole et inattendue de l’entreprise locale SAMA Junior et des ateliers du port de Bissau pour les parties métalliques, Philippe a pu achever la construction du four.

Grâce à ce concours de compétences, Gabu dispose à présent d’un four incinérateur dont la cheminée se dresse fièrement au dessus de la ville. C’était un défi, Aquassistance l’a réalisé. Les Volontaires des Nations Unies, partenaires d’Aquassistance dans les projets eaux et déchets de Gabu, ont fait remarquer que depuis deux ans il n’y a pas eu de cas de choléra dans la Province, contrairement aux autres régions de Guinée Bissau, encore frappées par cette maladie.

 
07 janvier 2009 - Les vœux 2009 du Président


Par Jean-François Bost, Président d'Aquassistance

Malgré le climat de crise dans lequel nous vivons et qui autorise peu de propos optimistes, je me plie à la tradition en vous adressant pour la nouvelle année des vœux de bonheur, de santé, de réussite dans votre vie personnelle, familiale, professionnelle et associative.

Je souhaite également une bonne année à notre association, que les projets qu'elle mène soient nombreux et pleinement réussis, que leur pérennité soit assurée, que le nombre de nos adhérents continue à augmenter et que les relations avec nos partenaires - sociétés du groupe, associations ou collectivités locales - se poursuivent dans la confiance !

Je formulerai des vœux pour les populations des pays où nous intervenons, que leur sort s'améliore malgré la crise économique, les catastrophes, les conflits qui les frappent durement !

J'aurai une pensée particulière pour les populations de trois pays où nous intervenons ou allons intervenir prochainement, la République Démocratique du Congo et la Palestine victimes de conflits sans fin et Haïti touchée par des catastrophes à répétition dans un environnement politique et économique particulièrement désastreux.


07 janvier 2009 - Missions récentes


Plusieurs réalisations dans le domaine de l’eau et de la gestion des déchets figurent au programme de fin 2008 :

Début des travaux d’approvisionnement en eau d’ Ambalanirana (Madagascar)
Expertise dans les camps de réfugiés somaliens de Kebribeyah et Sheder (Ethiopie)
Formation à la Croix Rouge dans le cadre de PIROPS (Plateforme d’intervention régionale pour l’Océanie et le Pacifique Sud)
Missions de gestion des déchets à Camp Luka (R.D. Congo) et Gabu (Guinée Bissau)