Archives‎ > ‎

Archives 2009 - 2ème semestre

21 décembre 2009 - Trente huit nouveaux projets en 2009

Lors des quatre réunions trimestrielles, le Conseil d’Administration s’est prononcé sur 38 projets.

Nous sommes intervenus en urgence en 2009 pour deux de ces projets, sur des catastrophes naturelles : le cyclone AILA au Bangladesh en juin et à Padang en Indonésie après le tremblement de terre en octobre.

Le Conseil a décidé de poursuivre trois projets : Bimbo en RCA, Albarkaram au Niger et le projet de déchets à Rosso.

Deux nouveaux projets concernent la collecte et le traitement des déchets (Gaibandha au Bangladesh et Goma en RDC).

Tous les autres nouveaux projets concernent des alimentations en eau potable ; la plupart visent à mettre en place des systèmes complets d’alimentation (développement de ressources, installation de pompes à motricité humaine (PMH) ou de mini-réseaux), certains répondent à des demandes d’apport d’expertise par nos partenaires.

Vous trouverez dans la suite une liste des projets 2009 et quelques liens vous donnant plus d’information.


P2009-01 - ARMENIE - Gumri - Quartier Mouch - 
Lien Revue

P2009-02 - BANGLADESH - Gaibandha – déchets - Lien Revue

P2009-03 - BURKINA FASO - Fada N'Gourma - Lien

P2009-04 - MALI - Bankoumana & Somonoso - Lien

P2009-05 - MAROC - Village Houria - Lien

P2009-06 - MAROC - Tagounite et Tighergar - Lien

P2009-07 - MAURITANIE - Ain Ehile Tayaa - Lien Vidéo

P2009-08 - RDC - CDI Bwamanda - Lien

P2009-09 - SENEGAL - Projet ENDA – Casamance - Lien

P2009-10 - SENEGAL - Sinthiou Tapsirou - Lien

P2009-11 - TOGO – Kovie - Lien

P2009-12 - NIGER - Albarkaram – poursuite - Lien

P2009-13 - RCA - Bimbo – suite - Lien

P2009-14 - MAURITANIE - Rosso – suite - Lien - Revue

P2009-15 - SENEGAL – Dialiguel - Lien

P2009-16 - BENIN –Kandi - 
Lien

P2009-17 - BURUNDI - Ruyigi -Hôpital Rema - Lien - Revue

P2009-18 - MADAGASCAR – Ambohimahasoa - Lien

P2009-19 - MAURITANIE - Maata Moulana - Lien

P2009-20 - RWANDA - UNATEK Kibungo - Lien

P2009-21 - BANGLADESH - Urgence Cyclone AILA - Lien

P2009-22 - CAMEROUN - Soulédé Roua - Lien

P2009-23 - COMORES - Mohéli et Anjouan - Lien

P2009-24 - MALI – Moribabougou - Lien

P2009-25 - MAURITANIE – Djingué - Lien

P2009-26 - MAURITANIE – Ndiorol - Lien

P2009-27 - RDC - Goma – déchets - Lien

P2009-28 - RDC - Hôpital Mokamo - Lien

P2009-29 - RDC - Kimbondo - Mont-Ngafula - Lien

P2009-30 - RDC – Mutti - Lien

P2009-31 - Indonésie - Urgence Padang - Lien - Lien

P2009-32 - RDC – Makwacha - Lien

P2009-33 - Haïti – Pandiassou - Lien

P2009-34 - Madagascar - Vohitrandriana Vohidroa - Lien

P2009-35 - Mali – Guémoukouraba - Lien

P2009-36 - Mauritanie – AICHA - Lien

P2009-37 - Rwanda – Rutsiro - Lien

P2009-38 - Togo – Togoville - Lien

 
21 décembre 2009 - Une activité 2009 équivalente à celle de 2008
 Une première analyse des statistiques de 2009 montre que l’activité a été sensiblement équivalente à celle de 200876 personnes différentes, adhérentes de l’association, ont participé à 64 missions sur site. Chaque mission faisant intervenir généralement deux personnes, ce sont en fait 121 départs en mission qui ont été organisés par l'équipe centrale en 2009.

Sur les 121 départs en mission, 62 l’étaient avec des retraités et 59 avec des salariés. L’équilibre entre les deux catégories de bénévoles se maintient donc cette année encore.

L’association a poursuivi le « recrutement » de nouveaux bénévoles puisque 20 personnes qui n'étaient pas encore parties, sont parties cette année.

Le nombre de jours de mission sur site (1318 jours) est strictement identique à celui de l’année dernière. 

Ce nombre ne comptabilise pas le temps passé à la préparation des missions, à la rédaction des rapports et la mise au point des projets.

Il ne comptabilise pas non plus le temps passé par d’autres personnes qui ont apporté de leur temps et de leur compétence pour aider l’équipe centrale sur différents aspects de gestion (assurances, fiscalité, systèmes d’information, organisation, etc.).

Un grand merci à tous ceux qui ont donné d'eux-mêmes en 2009 ! En espérant les retrouver en 2010, et si possible plus nombreux encore !
 
 

 

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Nombre de missions

46

57

64

75

68

64

Nombre intervenants

91

106

120

144

122

121

Dont distincts

62

76

78

87

72

76

Dont nouveaux

25

30

28

33

23

20

Dont retraités

42

45

53

68

61

62

Nombre de jours missions

1004

1192

1261

1325

1318

1318

Dont bénévolat

971

1141

1172

1280

1289

1290

% bénévolat

97%

96%

93%

97%

98%

98%

 

 
 

21 décembre 2009 - Sept nouveaux projets en déc. 2009 pour 100 000 personnes

Lors de sa dernière réunion de l’année 2009, le Conseil d’Administration d’Aquassistance a lancé sept nouveaux projets, dont six en Afrique et un en Haïti. Tous concernent l'alimentation en eau potable. Ces seuls projets devraient améliorer la vie de près de 100.000 personnes. Aquassistance aura engagé 38 projets nouveaux pour la seule année 2009.

Makwacha (République Démocratique du Congo)

Ce projet d’approvisionnement en eau potable est porté par la Fondation African Artists for Development créée par le cabinet de conseil en communication 
Tilder. Makwacha est un village situé à l’extrême Sud du pays, caractérisé par ses cases peintes par les habitantes, qui perpétuent ainsi des techniques artistiques ancestrales. La Fondation veut, avec le photographe Sammy Baloji, faire connaître en Europe cet art populaire et en même temps aider les villageois dans leur alimentation en eau. Une exposition des oeuvres des femmes du village devrait se tenir à Paris au printemps 2010.

La nécessité d’approvisionner en eau 5000 personnes réparties dans trois villages de la commune est évidente, quand on sait que certaines en sont réduites à puiser l’eau à l’aide de boîtes de conserves dans un trou creusé au fond d’un marigot.

Pandiassou (Haïti)

En prenant en charge ce projet de réhabilitation d’adduction d’eau et de mise en place d’une gestion d’eau communautaire, Aquassistance continue son travail en Haïti, où deux projets viennent de finir.

L’association 
Fraternité Universelle soutient le projet de la Congrégation religieuse haïtienne Fraternité de l’Incarnation, créée il y a 30 ans. La région de Pandiassou, qui compte plus de 20 000 habitants, est située sur le plateau central à 10km de la ville d'Hinche. Le père Armand Francklin, leader de cette congrégation se bat depuis des années pour le développement économique et social de la population du plateau central. Aquassistance doit mener une expertise destinée à valider les travaux à réaliser pour remettre en service des installations déficientes. Divers bailleurs de fonds se sont déjà engagés à financer ce projet.


Vohitrandriana et Vohidrioa (Madagascar)

C’est un adhérent d’Aquassistance, également membre de l’association 
Solidarité Entraide Madagascar (SEM) qui apporte ce projet. Il se fera en collaboration avec l’association malgache Fanilo.

L'association SEM a déjà mené des projets d'alimentation en eau de 32 villages, la construction de latrines scolaires et de lavoirs publics. L’association sollicite Aquassistance pour mettre en place un contrôle de la qualité de l'eau distribuée aux villages bénéficiaires et pour proposer aux équipes locales de SEM et aux comités de gestion villageois des solutions techniques accessibles. 44 000 habitants sont concernés par ce projet.


Guémoukouraba (Mali)

Adoma, ex-SONACOTRA, a créé une 
fondation qui soutient les initiatives des migrants en faveur de leurs régions d’origine. Elle soutient aujourd'hui le projet élaboré par deux associations de villageois de Guémoukouraba installés en région parisienne. Guémoukouraba est dans la région de Kayes à l'Ouest du Mali. Le projet vise à instaurer, si possible à partir des installations existantes, un service pérenne d’approvisionnement en eau potable, à améliorer les conditions d’hygiène et à alléger la corvée d’eau pour une population de plus de 5000 habitants. Dès la phase d’expertise, les besoins en assainissement sera évalués.


Aicha (Mauritanie)

C’est ainsi que s’intitule le nouveau programme lancé par le 
GRET à la suite du Programme Alizés, sur les bords du fleuve Sénégal, entre le Sénégal et la Mauritanie. La phase pilote qui vient d'être lancée, concerne la construction d’usines de traitement d’eau dans les zones périurbaines de Rosso et Keur Macene. Selon les estimations du GRET, 11 000 personnes sont intéressées par les deux projets pilotes de Keur Macene et Rosso.

Le GRET fait une fois de plus appel à Aquassistance pour un appui technique au dimensionnement de deux stations, au démarrage des installations et à la formation du personnel d’exploitation et des délégataires.

Rutsiro (Rwanda)

Ce projet consiste à alimenter en eau 5 villages de 100 maisons, construites par l’association belge 
Les Enfants du Père Martin , au bord du lac Kivu pour des veuves et des orphelins. La population vivant autour de ces villages est aussi concernée par le projet et c'est donc près de 6000 habitants qui devraient voir leur situation s'améliorer lorsque le projet sera réalisé.

Actuellement la population est obligée de parcourir plusieurs kilomètres pour s’approvisionner en eau. Une des difficultés des projets consiste en la dispersion de la population dans un rayon de 20 km. Un autre partenaire du projet est la fondation 
SELAVIP.


Togoville (Togo)

Cette ville était la capitale du pays à la fin du XIXe siècle. C’est aujourd’hui une ville au bord du lac Togo, de 6500 habitants, qui sont confrontés à un manque d’eau potable et d’assainissement. Ils utilisent l’eau de pluie récupérée dans de grosses citernes ou de puits, à trop forte salinité.

Aquassistance a été sollicitée par l'ONG 
Action et Développement (AED) Togo , déjà partenaire sur le projet de Tado, pour monter un projet d’approvisionnement en eau et de construction de latrines publiques et familiales.



 21 décembre 2009 - Journée Aquassistance 2009

 

 

Anim Aqua 27-11-09 006 Eaux du Nord Hellemmes.jpgNi la grippe A, ni la crise, ni les obligations professionnelles des uns et des autres n’ont empêché l’organisation d’une journée Aquassistance en novembre, dans cinq sections locales.

Des bénévoles et des communicants ont présenté Aquassistance à leurs collègues, à l’occasion d’un accueil café ou d’un buffet avec gâteaux faits maison.

Aux Eaux du Nord à Hellemmes, Isabelle Loridan et Dominique Duquenne ont parlé de leur expérience des missions, à Lyonnaise des Eaux Mougins c’est Claudine Rousseau qui a fait part de son projet au Rwanda et au siège de Suez Environnement il a été questionClaire.JPG d’urgence au Bangladesh et de gestion des déchets à Goma.

A signaler l’organisation d’un quizz doté de prix du commerce équitable chez Eau et Force Nanterre et d’une collecte de fournitures scolaires pour des écoles en Afrique chez Ondeo Industrial Solutions.

 
 

09 décembre 2009 - Goma Ville Propre 2012

état de la ville (4).JPGGoma, au bord du lac Kivu, en République Démocratique du Congo, est une ville en pleine croissance. Alors que sa population a beaucoup augmenté ces 20 dernières années, elle est confrontée à de gros problèmes d’insalubrité, faute de politique de collecte et de traitement des déchets.


 

                                   

état de la ville (6).JPGSylvain Planchon et Claire Gayraud, bénévoles d’Aquassistance, ont réalisé une étude de faisabilité au mois d’octobre 2009, à la demande de l’association Kivu Développement.

Actuellement seulement une minorité d’habitants bénéficie d’un système de collecte en porte à porte. Quand elles ne sont pas brûlées au niveau des quartiers, les ordures s’entassent dans les rues ou sont rejetées dans les canaux d’évacuation des eaux de pluie vers le lac Kivu.

Quelques actions très positives sont menées, comme le tissage d’objets (cabas, chapeaux, figurines…) à partir de sacs plastiques récupérés, par les femmes de l’association Kidimieu, mais c’est loin d’être suffisant.

L’équipe Aquassistance propose un plan global d’actions intitulé « Goma Ville Propre 2012 », pour mettre en place et développer le nettoyage de la ville, la collecte sélective auprès des ménages et des entreprises et un traitement adéquat des déchets.

La volonté de la Municipalité d’agir pour réduire la pollution et les maladies liées à l’insalubrité et de créer des emplois dans le domaine de la propreté, font espérer son implication forte dans le plan d’actions.

atelier plastique (n12).JPGasociation.JPG
 

30 novembre 2009 - Présentation en milieu médical

Médecin.jpgEn novembre, Olivier Schlosser, Gérard Roche et Huot Srun sont intervenus auprès des médecins et infirmiers de la Faculté de Médecine de l'hôpital Bichat à Paris, sur le thème de l'approvisionnement en eau en zone tropicale.

Cette intervention répond à la demande du milieu médical, avec des retours d'expériences concrets d'Aquassistance (Maroc et Vietnam).
 


 05 novembre 2009 - Séisme à Padang (Indonésie) : l’équipe Aquassistance de retour

La station de traitement en plain rendement.JPGDans la zone affectée par le séisme du 30 septembre dernier (magnitude 7,6 sur l’échelle de Richter), Palyja, partenaire indonésien d’Aquassistance, avait identifié deux sites où les besoins en eau potable étaient considérables. 

C’est donc dans l’hôpital Sitirhaman et dans un quartier défavorisé de Padang que l’équipe Aquassistance a installé deux stations d’urgence CDF (coagulation – décantation – filtration) capables de produire 100.000 litres d’eau par jour, pour la population des deux sites et celle des environs, desservie par camionnage. 

« Cette mission a été passionnante techniquement, car nous avons dû rendre potable une eau de rivière particulièrement turbide », affirme Jean-Louis Devallez, permanent d’Aquassistance, qui en est à sa quatrième intervention d’urgence (et la deuxième en Indonésie). 

Son coéquipier, Jean-François Ossola, dont c’est la première mission en urgence, se dit surtout « impressionné par la capacité qu’ont les hommes à reprendre le cours de leur existence, quelques jours seulement après une telle catastrophe ». 

Après le retour de l’équipe, PDAM Padang, la régie des eaux locale continue à assurer l’opération des deux unités jusqu’au retour de l’alimentation à partir du réseau public.

 



14 octobre 2009 -Aquassistance apporte son aide à Padang (Indonésie)

makarios_23.jpg




La ville de Padang, sur la côte ouest de Sumatra a été frappée le 30 septembre 2009 par un séisme de force 7,6 sur l’échelle de Richter, qui a fait des centaines de morts et détruit 135.000 habitations. 

Aquassistance se mobilise en coopération avec Palyja, filiale de Suez Environnement à Jakarta, qui apporte son support logistique à l’opérationUne équipe de Palyja a déjà évalué les besoins en eau potable sur le lieu de la catastrophe. 

Deux unités de traitement développées par Aquassistance sont arrivées à Jakarta le 13 octobre par avion. Elles produiront au minimum 100.000 litres d’eau potable par jour et répondront aux besoins vitaux d’une population de 10.000 habitants. 

Samedi 17 octobre, c’est au tour d’une équipe de deux personnes, Jean-Louis Devallez (permanent d’Aquassistance) et Jean-François Ossola (bénévole retraité) de partir pour Padang. Ils mettront les unités en service et les confieront aux équipes de Palyja pour en continuer l’exploitation le temps nécessaire. 

Aquassistance et Palyja ont déjà coopéré après deux autres catastrophes en Indonésie : le tsunami en janvier 2005 dans la région de Banda Aceh (Sumatra) et un séisme en mai 2006 à Yogyakarta (Java). 



10 octobre 2009 -Neuf nouveaux projets au Conseil d’Administration du 22 septembre 2009

Le Conseil d’Administration a décidé de poursuivre le lancement de nouveaux projets ; huit de ces projets concernent l’alimentation en eau et un seul la collecte et le traitement des déchets. L’Afrique reste la zone d’intervention prioritaire pour Aquassistance puisque tous les projets sont sur ce continent, avec cette fois-ci quatre projets en République Démocratique du Congo (RDC). 

Tous ces projets sont cependant assez différents, puisque cela va de l’évaluation de projets (Moribabougou ou Comores) à la réhabilitation d’installations (Hôpital Mokamo) en passant par des projets plus classiques d’hydraulique villageoise (Djingué et Ndiorol) ou périurbaine (Quartiers Kimbondo). 

Tous ces projets seront réalisés en partenariat avec d’autres ONG du Nord ou du Sud.


CAMEROUN (Soulédé Roua) : Le projet mené en collaboration avec une association locale, l’ASSECID, a pour objectif la réalisation des études préliminaires pour l’alimentation en eau potable des 3 villages de Soulédé (12.000 h.), Bao (8.000 h.) et Midré (9.000 h.) dans la Commune de Soulédé Roua. Cette commune de la Région de l’Extrême Nord, près du Tchad est située à l’aval du barrage construit sur le mayo Tsanaga en 1979. La nappe alluviale du fleuve s’est depuis asséchée ; les populations sont privées d’eau une partie de l’année et doivent aller jusqu’au barrage à plus de 12 km des villages. 




COMORES (Mohéli et Anjouan) : L’association Initiative et Développement qui intervient depuis de nombreuses années aux Comores a demandé à Aquassistance de fournir un appui aux Unions des Comités d’Eau de Mohéli et d’Anjouan qui ont été créées pour gérer par délégation les réseaux d’eaux des villages des deux îles. Seuls les aspects techniques de gestion des réseaux et de l’organisation de la maintenance seront examinés. 





MALI (Moribabougou) : Le projet d’alimentation en eau de Moribabougou (16.000 habitants dans la banlieue de Bamako) est coordonné par l’UNESCO. Il est réalisé en partenariat avec la commune des Ponts de Cé, dans l’agglomération d’Angers et Angers Loire Métropole. L’UNESCO a demandé à Aquassistance un appui pour valider l’étude technique de faisabilité qui vient d’être réalisée, avant de commencer la recherche de financements. C’est un projet qui devrait dépasser 2 millions d’euros. 





MAURITANIE (Djingué et Ndiorol) : Deux associations de ressortissants des villages de Djingué (2 500 h.) et Ndiorol (3 000 h.) ont sollicités Aquassistance pour la réalisation de réseaux d’alimentation en eau avec forage et bornes fontaines. Ces deux villages sont situés au Sud de la Mauritanie, près du fleuve Sénégal. Le pS-Eau est partenaire de ces deux projets. 





RDC (Goma - déchets) : L’objectif est de réaliser une étude de faisabilité pour la collecte et le traitement des déchets dans une commune pilote de 50.000 h de la Ville de Goma (700.000 h.). Le partenariat est avec la Ville de Goma et avec une ASBL belgo-congolaise Kiwu Développement. 






RDC (Hôpital Mokamo) : L’Hôpital Mokamo construit en 1946 a beaucoup souffert des guerres civiles qui se sont succédé depuis l’indépendance et il doit être complètement réhabilité. Une association belge s’est attaquée à ce grand projet et a demandé à Aquassistance d’étudier la réhabilitation de l’alimentation en eau et de l’installation sanitaire de l’hôpital. Energy Assistance a accepté de s’occuper de la réfection de l’alimentation électrique. 





RDC (Kimbondo - Mont-Ngafula) : C’est le Centre des Jeunes Bolingo (CJB) qui a demandé une étude de faisabilité pour l’alimentation en eau des trois quartiers Kimbondo de la Commune de Mont-Ngafula, près de Kinshasa (17.000 h.). Bien qu’aux portes de Kinshasa, ces quartiers sont dépourvus de toute alimentation en eau. 





RDC (Mutti) : L’ASBL Mutti a développé depuis 25 ans à Mutti des activités dans le domaine de l'enseignement, de la santé et de l’économie. Depuis deux ans, l’ASBL travaille avec Energy Assistance sur un projet d'énergie solaire. Le projet pour Aquassistance est de renforcer l’alimentation en eau de Mutti et des villages environnants (2000 habitants). 







24 septembre 2009 -Reportage en Mauritanie

Un cameraman de CAPA Entreprise a accompagné une équipe d’Aquassistance à Ain Ehel Taya (2.000 habitants), dans la bande désertique de Mauritanie. 
Suivons à notre tour Julie Paillé, hydrogéologue et Charles Delfieux, ingénieur, durant leur expertise, aux côtés de l’association partenaire, Zahara Mauritanie.

1ère partie

2ème partie



17 septembre 2009 - Gonaïves : un an après le passage de cyclones

Avec l'eau potable produite par les stations mobiles de traitement d'Aquassistance, 12.000 enfants haïtiens ont reçu un repas quotidien pendant 11 mois dans les cantines gérées par ACF.


En septembre 2008, Aquassistance s’était mobilisée après le passage de plusieurs cyclones sur Haïti, aux côtés d’ « Action contre la Faim » (ACF), implantée dans la région de Gonaïves. Cinq tonnes de matériel de traitement avaient été acheminées et une équipe d’Aquassistance s’était employée à l’installer et à former du personnel à son exploitation. 
Un an plus tard, Pierre-Yves Rochat, Responsable du Programmes Eau Assainissement Hygiène chez ACF, nous donne quelques nouvelles de Gonaïves : « La grosse station (5m3/h) a fonctionné jusqu'en juin 2009 et a permis d'assurer l'alimentation en eau de 21 cantines nutritionnelles, qui ont fourni un repas quotidien à environ 12 000 enfants. Tous les équipements ont été nettoyés, reconditionnés et positionnés afin de pouvoir répondre à une autre éventuelle urgence. » 
Il est vrai que les cyclones sont un problème récurrent en Haïti en raison de sa position géographique et que leur impact est aggravé par le déboisement que l’île a subi. Aquassistance et ACF avaient déjà collaboré en 2004 dans la région et sont prêtes à le refaire en cas de nouvelle catastrophe.



 
07 septembre 2009 - Inauguration du réseau des Hauts de St. Marc

Inauguration 5.jpgAux Hauts de St. Marc, dans l’arrière-pays haïtien, l’eau coule aux 17 bornes-fontaines, améliorant la vie quotidienne des 4000 habitants.

Les nouveaux ouvrages mis en place par Aquassistance – captage, réservoir, réseau, gabions pour la protection des berges de la rivière Veuve- ont changé l’aspect du village.

Le 11 août les couleurs nationales ont été déployées pour une inauguration festive des installations, en présence de représentants de l’Ambassade de France, de l’ONG américaine CHF, des associations locales CASECS, CIDECS et CAEPA, d’Aquassistance et de nombreux villageois.

 

Au programme, une visite des ouvrages avec l’explication du plan de l’adduction d’eau par les techniciens du CAEPA (comité de gestion de l’eau potable), un repas offert par CHF et Aquassistance et diverses allocutions.

 

C’est un projet d’envergure qui s’achève ainsi, puisqu’il s’est étalé sur 6 années, a impliqué 13 membres d’Aquassistance et a coûté 300.000 €. Pour le financement nous remercions la Ville de Paris et la Fondation Suez Environnement – Eau pour tous.

 

 

 

 

 

 

 

 


 


13 août 2009 - Un nouveau formulaire de demande d'intervention


Pour qu'un projet soit pris en compte par le Conseil d'Administration de l'association, tout porteur de projet doit au préalable remplir un formulaire de demande d'intervention.Ce document permet de présenter sous une forme synthétique, l'essentiel du projet. Il peut être complété par les documents que le porteur du projet juge utile de nous communiquer.


Le tout est à renvoyer par mail à 
contact@aquassistancenet.org.

 

05 août 2009 - Notre spécificité

AQUASSISTANCE est une association humanitaire des personnels du Groupe GDF SUEZ volontaires pour apporter une aide aux populations en difficulté dans les domaines de l'eau, de l'environnement et des déchets. Elle se propose de mettre à disposition de ces populations les compétences de ses membres et des moyens matériels.

L'état de précarité de millions de personnes dans le monde en matière d'eau et d'environnement est la raison de la fondation de l'association. Son but est de venir en aide sur le terrain à des populations éprouvées, en leur apportant un service et des moyens matériels adaptés.

L'association est conçue pour agir dans tous les cas où l'intervention d'experts des métiers de l'eau et de l'environnement est justifiée, qu'il s'agisse d'urgence, de développement ou de réhabilitation. L'association est désintéressée. Venir en aide à des populations en détresse est son unique préoccupation, sa seule justification.

L'association s'interdit par conséquent toute exploitation publicitaire ou médiatique des actions entreprises en vue d'un avantage commercial, toute concurrence entre professionnels et intervenants de terrain, toute implication politique.

Téléchargez le dépliant de présentation d'Aquassistance :

Depliant_Aqua 2008 VF.pdf

 


 03 juillet 2009 - Bunker Roy, le fondateur du Barefoot College rencontre Aquassistance


Bunker Roy et JC Clermont 2 - compressé.JPGLors de son passage à Paris, le 3 juillet 2009, Sanjit Bunker Roy, le fondateur du Barefoot College a rencontré le Délégué Général d’Aquassistance, Jean-Claude Clermont, pour examiner comment les deux ONG pourraient coopérer dans un futur proche. Des actions communes en Afrique pourraient être envisagées autour de la collecte des eaux de pluies pour l’alimentation en eau potable, l’utilisation de l’énergie solaire et l’implication des populations dans leur propre développement grâce à l’éducation. Les deux organisations pourraient fertiliser leurs expériences respectives en Afrique de l’Ouest (Mauritanie, Sénégal, Bénin, Mali, etc.), expériences acquises avec des approches techniques et sociologiques assez différentes.Jean-Claude Clermont, pour examiner comment les deux ONG pourraient coopérer dans un futur proche. Des actions communes en Afrique pourraient être envisagées autour de la collecte des eaux de pluies pour l’alimentation en eau potable, l’utilisation de l’énergie solaire et l’implication des populations dans leur propre développement grâce à l’éducation. Les deux organisations pourraient fertiliser leurs expériences respectives en Afrique de l’Ouest (Mauritanie, Sénégal, Bénin, Mali, etc.), expériences acquises avec des approches techniques et sociologiques assez différentes.

Bunker Roy a reçu le 2 juillet à l’Institut de France, des mains de Bernard Guirkinger, Directeur Général Délégué de Suez Environnement, le Prix Spécial 2009 de la Fondation Suez Environnement Eau pour tous, pour une approche innovante du Barefoot College de diffusion du savoir et de renforcement des compétences. Avec la certitude que les communautés détiennent des compétences pour les développer elles-mêmes, le Barefoot College (
http://www.barefootcollege.org/) , le "Collège aux pieds nus", créé en 1972 par Bunker Roy à Tilonia, village du Rajasthan, l’un des Etats les plus vastes, les plus arides et les plus pauvres de l’Inde, forme depuis plus de 30 ans des centaines d’hommes et de femmes, parmi les plus pauvres et les plus illettrés, à des métiers pratiques qui sont mis à profit ensuite dans la communauté.

S’appuyant sur les savoirs traditionnels et les expériences pratiques locales, cette démarche mise en œuvre notamment pour la récupération d’eau de pluie des toitures a été déployée en Inde et dans plusieurs pays d’Afrique.