Archives‎ > ‎Archives 2013‎ > ‎

Février 2013

26 février 2013

Bajoh, au Cameroun : une mission dans une zone montagneuse et enclavée

L'Association pour le Développement Rural de Bajoh (BRDA) a lancé un projet d'alimentation en eau pour connecter cinq villages à un réseau d’eau commun. Quelques travaux sont déjà réalisés mais faute de financement, ils sont arrêtés. C’est dans ce contexte que BRDA  a fait appel à Aquassistance.

Les premiers financements ont été octroyés par une association américaine, The Water Collective et FATPIPE Network Inc. Aquassistance a pris des contacts pour réunir les synergies pour la poursuite du projet.

La zone anglophone de Bajoh, dans la Région Sud-Ouest du Cameroun, est constituée de plusieurs villages, vivant principalement de la production de cacao, dans une zone forestière magnifique et dense, abondamment pourvue d’eau. Mais elle est très enclavée ; à 350 km de Yaoundé, elle n’est accessible à partir de Bangem, qu’après 30 km de piste en voiture et  15 km de moto.

Les cinq villages ne sont alimentés ni en eau, ni en téléphone, ni en énergie, mis à part quelques groupes électrogènes fonctionnant sporadiquement. Deux des villages sont de plus séparés par des torrents dont le franchissement est impossible en périodes de pluies. Les villageois font de nombreuses corvées d’eau et ont des difficultés à acheminer leurs productions vers Bangem.

Les bénévoles d’Aquassistance, Irina Jaubert et Alain Broussal, ont réalisé des analyses sur les trois sources potentielles, fait les relevés topographiques de l’ensemble des points caractéristiques du réseau et validé l’option retenue par BRDA. Ils ont également  mené des enquêtes pour évaluer la capacité des villageois à organiser un service d’eau potable.

Ils ont identifié un sixième village qui pourrait être raccordé à un réseau existant. Ceci pourra être la première phase du projet de Bajoh…

Notre partenaire, le BRDA, en a profité pour examiner une deuxième zone, autour de la ville de Tombel. Il y a trois autres avant-projets instruits au même niveau que celui de Bajoh, à approfondir après avoir fini avec les six villages de Bajoh !

De retour en France, l'équipe a organisé des réunions pour étudier la filtration à mettre en place en aval du captage, consolider les supports de la canalisation « aérienne » en acier galvanisé, dimensionner et positionner le réservoir et définir comment franchir une rivière. Comme toujours,  de beaux projets en perspective !