Paroles de bénévoles

Dans le groupe situé derrière la borne fontaine de Bonaléa (Cameroun), Serge est le 3ème à partir de la gauche


4 questions à Serge Gierczal   

   

Quel est votre métier ?

Je suis plombier en maintenance et petits compteurs, retraité de la Société des Eaux du Nord.

Quelle expérience avez-vous des missions d'Aquassistance ?

En juin 2016 j’ai réalisé ma cinquième mission pour Aquassistance, à Bonalea, dans l’Ouest du Cameroun. C’était une mission très physique, où avec mes trois coéquipiers, deux autres plombiers et un électricien, nous avons fait des terrassements pour poser des conduites au centre de santé et aux alentours, mis en place un branchement à l’église et une borne-fontaine. A la fin de notre mission, l’eau coulait aux robinets. Auparavant j’avais participé à des missions à Manandona et Sakay à Madagascar, principalement pour suivre des travaux, et à Koupela au Burkina Faso pour mettre en œuvre des pompes à motricité humaine.

Avez-vous un souvenir marquant à raconter ?

A Manadona nous étions logés chez l’habitant. Le premier soir, j’ai dit à notre hôte que je voulais prendre une douche. Elle s’est précipitée dans la cuisine et m’a apporté un seau d'eau chaude. Il fallait faire le mélange avec de l’eau froide. Comme quoi tout peut être simple et parfois un peu compliqué. Lors de ces missions nous devons rester pleins d'humilité devant toutes ces personnes qui se dévouent pour que nous passions ce séjour dans les meilleures conditions.

Encouragez-vous d'autres personnes à s'engager dans le cadre de projets d'Aquassistance ? 

Oui, car on ne peut pas être déçu ; on va de découverte en découverte et on apporte quelque chose aux gens. Ce sont de belles aventures humaines et techniques, et ce à tout âge, qui permettent de se confronter à d’autres cultures, à d’autres problèmes. Mais je tiens à préciser que même si aujourd’hui c’est moi qui suis interviewé, une mission se fait à plusieurs. Claude, Carine, Pierre, Cyril, Gaetan et Arnaud ont apporté autant que moi. 


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



4 questions à Jérome Bréfort, bénévole en RDC, au Rwanda et au Népal   

   

En quoi consiste ton travail en France ?

Je travaille au service maintenance de l’Agence Aisne chez SUEZ Eau France, où je m’occupe d’installations d’eau potable et d’assainissement.

Tu as plusieurs missions d’Aquassistance à ton actif, dont la plus récente au Népal, en mars 2016. Comment arrives-tu à dégager du temps pour le bénévolat ?

Ma première mission de terrain a eu lieu en 2012 à Mokamo (RDC), dans le cadre d’un projet de rétablissement d’eau potable dans un hôpital de brousse, à la demande de l’association belge Projet Mokamo. En 2014 nous sommes intervenus à Kinunu, en faveur d’un village de veuves au Rwanda, sur sollicitation d’une autre association belge, Les Enfants du Père Martin. En un an et demi j’ai effectué trois missions à Chapakhori (Népal), avec l’ONG Rural Development Forum, pour réaliser le cahier des charges, puis pour lancer et suivre les travaux d’alimentation en eau.
Tant que je peux garder du temps pour des vacances avec mon fils, j’arrive à jongler avec les jours de congés et les récupérations d’astreinte.

Où en est le chantier à Chapakhori ?

L’objectif de la mission était de faire un point sur l’avancement des travaux, suite à une modification du cahier des charges. J’ai dû modifier le câblage électrique. Nous avons été accompagnés par le Président et la Chargée de coopération décentralisée du Syndicat des Eaux de Barjac, bailleur de fonds du projet, qui voulaient voir comment évoluait le projet. Comme nous avons logé chez l’habitant, ils se sont rendu compte des difficultés des villageois, qui doivent descendre à pied une grande pente pour aller chercher de l’eau aux sources, puis remonter avec le poids des bidons. L’entreprise Cosmic Engineering réalise les ouvrages : station de pompage avec captage à 1200m d’altitude, réservoirs à 1600 m, 1800 m et 1900 m, dessableur à la source… Des tuyauteries doivent être installées, le tout sur une durée de 2 mois.

Qu’est-ce qui te motive ?

Quand je vois des femmes et des enfants qui traînent des bidons de 20 litres, qu’ils transportent sur la tête ou accrochés sur le dos, alors j’essaie d’aider à mon niveau comme je peux. Je n’oublierai jamais la joie d’une vieille dame de Kinunu au Rwanda, qui a accouru à la borne fontaine dès la mise en eau de celle-ci et a bu directement à son bidon ! Le sourire des gens ! Voilà ce qui me motive !


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



3 questions à Raphaëlle Lauret, bénévole à Ban Natuey au Laos     

 

En quoi consiste ton travail en France ?

En tant qu’ingénieur en environnement dans la Région Pyrénées Méditerranée, je développe et accompagne la mise en place de projets environnementaux. J’assure le déploiement des prestations de suivi en continu de la qualité du milieu aquatique, sur l’étang de Thau par exemple et le développement de zones humides tampons à l’aval des stations d’épuration.

Quel a été ton rôle à Ban Natuey ?

Ma fiche de mission me désignait comme la « troisième personne », chargée d’accompagner l’équipe dans la compréhension du fonctionnement du village, en recueillant des données sur l’hygiène, la santé, les usages de l’eau, etc. En réalité nous avons travaillé tous ensemble dans le cadre de cette expertise, en faisant par exemple des prélèvements et des analyses d’eau. L’objectif du projet est d’alimenter en eau potable une école, un collège et deux dispensaires.

Que retiens-tu de cette mission ?

C’était une belle expérience, avant tout sur le plan humain, aussi bien en ce qui concerne notre équipe (Thomas Loubier et Maurice Amodia-Grasset) que les relations avec l’association porteuse du projet, ADV Laos et les villageois, qui nous ont très bien accueillis. A Ban Natuey nous avons croisé trois bénévoles de l’association sœur d’Aquassistance, Energy Assistance, qui étaient venus pour électrifier les écoles et le dispensaire. 

Nous avons fait de notre mieux pour comprendre les besoins des habitants et nous sommes en train de finaliser le rapport technique. J’espère que nous pourrons concrétiser le projet.


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Les carnets de mission de bénévoles Aquassistance, salariés de SUEZ Eau France se poursuivent, avec Mireille Nowak et Franck Roesch à Madagascar.


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sur le modèle des carnets de voyage, deux carnets de mission : Rémy Pottier à Founzan et Jérôme Assez à Dahoré (Burkina Faso)



/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



Deux pages de carnet de mission au Bénin : Gauthier Bordenave et Virginie Serve à Koussoucoingou



/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Carnets de mission au Laos : Christian Sanguinet à Lang Khang et Jérôme Assez à Muang Long

Christian est ingénieur d'études à Marseillan, Jérôme est responsable réseau à Dijon.
Tous deux sont collaborateurs de SUEZ environnement Eau France (Lyonnaise des Eaux) et ont eu l'occasion de participer à des projets d'Aquassistance.
Dans ce carnet de mission ils livrent leur expérience au Laos, en expertise pour le premier, et en coordination du projet d'alimentation en eau pendant toute la durée de celui-ci pour le second.



 
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


7 questions à Delphine Valentin, au retour de mission en Haïti

Propos recueillis par Baptiste, en stage chez Aquassistance

Pourquoi avez-vous voulu être bénévole ?

J’ai voulu être bénévole parce que les valeurs que porte Aquassistance sont importantes pour moi, j’ai donc voulu proposer mon aide à Aquassistance, à mon échelle.

Est-ce que d’aller en Haïti ne vous a pas fait peur ?

Non, parce que je savais que nous serions accueillis par l’association locale, et qu’elle avait besoin de l’aide d’Aquassistance pour l’accès à l’eau potable, pour que la population ne souffre plus du choléra.

Quelle a été votre première impression quand vous êtes arrivée là-bas ?

C’est encore plus beau que ce que je pensais, surtout dans la campagne. A Port au Prince c’est plus chaotique ; c’est une ville qui a encore besoin de se reconstruire.

Qu’y avez-vous fait ?

Notre mission était de voir s’il était possible de mettre en place un système de distribution d’eau pour une partie rurale de Bainet, une commune du sud-est de l’île. On a visité les sources d’eau possibles et rencontré la population, pour se rendre compte de ses besoins, mais également les autorités locales.

Ce voyage a-t’il changé votre vision des choses ?

Oui parce qu’on se rend compte que ce que nous prenons pour des gestes simples comme ouvrir le robinet ou tirer la chasse d’eau, sont des gestes que tout le monde ne connaît pas. Quand on boit de l’eau, il est acquis pour nous qu’elle est potable, alors qu'ailleurs cela peut faire des victimes, comme à Bainet.

Ferez-vous d’autres missions ?

Oui, j’aimerais ! Parce qu’aider des familles à pouvoir accéder a l’eau et l’assainissement c’était pour moi très précieux et gratifiant.

Si vous deviez inciter des personnes à faire ce que vous avez fait, qu’est-ce que vous leur diriez ?

Partir en mission pour Aquassistance est très enrichissant et en mission, on voit tout de suite le bénéfice de notre travail, ce qui peut être plus indirect dans notre activité quotidienne, où l’on oublie parfois que « l’eau c’est la vie » comme ont dit les habitants de Bainet lors de la réunion publique organisée.

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////




4 questions à Olivier Le François, bénévole au Burkina Faso et au Bénin      

En quoi consiste ton travail en France ?

J’ai travaillé pour SAFEGE en tant que directeur projets en eau potable et assainissement. Je suis actuellement consultant à Aix-en-Provence et travaille entre autres pour SUEZ environnement.

Comment s’est passé ta première mission, au Burkina Faso ?

Je suis parti à Piela avec un collègue hydrogéologue, pour une expertise d’une dizaine de jours, en partenariat avec l'association belge SEL Projets. Au départ nous devions visiter trois villages, mais au final nous en avons expertisé beaucoup plus. Sur place il n’y avait pas de routes, pas d’électricité, pas de téléphone et pour l’alimentation en eau, seuls des puits traditionnels peu profonds. Moi qui ai pas mal voyagé, j’ai été effrayé par l’aspect de l’eau de ces puits, couleur terre. Notre projet prévoit de réaliser un forage dans chaque village et pour ce faire, nous sommes en train de finaliser la recherche des fonds nécessaires.

La deuxième mission au Bénin était-elle comparable ?

A Kpotomé, nous sommes partis, un hydrogéologue, une personne chargée de la constitution des comités de gestion de l’eau et moi-même en février, à la demande d’une association franco-béninoise, Club Perspectives +. La région est plus arrosée que celle de Piela et les besoins en eau sont moins criants. Mais la plupart des puits donne une eau saumâtre ou polluée. Nous allons rendre le rapport technique sous peu, avec des propositions de forages et de mini-réseaux pour trois ou quatre villages parmi les dix visités.

Qu’est-ce qui te motive dans ton engagement pour Aquassistance ?

Le fait d’aller dans des pays où la situation de l’alimentation en eau est infiniment plus grave qu’en France et de se rendre utile pour améliorer la vie des gens.


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



5 questions à Thierry Maldonado, au retour de mission à Madagascar


En quoi consiste ton travail en France ?
Je suis ingénieur projet dans le département des grands projets au sein d'Ondeo Systems. Je travaille actuellement sur la nouvelle génération des produits de télérelève de compteurs permettant des échanges bidirectionnels entre le système d'information central et les compteurs équipés de modules radio communicants. En plus des données classiques de comptage, il sera alors possible d'envoyer des requêtes ciblées à la demande sur chaque compteur; ceci donnera la possibilité de relever les données métiers (température, débits...) et d'assurer une meilleure gestion du réseau. Autre nouveauté, cette génération nouvelle de télérelève s'applique non seulement au monde de l'eau mais également à celui du gaz.

Comment est née ton implication chez Aquassistance ?
J'ai entendu parler d'Aquassistance la première fois grâce à mes collègues ; elle m'a été présentée comme un groupe de volontaires n'hésitant pas à aller aux quatre coins du monde pour aider les populations dans le besoin sur les sujets liés à l'eau et à l'environnement. Je réalise que nous vivons dans des conditions extrêmement privilégiées et que nous avons du mal à réaliser notre chance. Soutenir et aider les personnes les plus exposées est une ambition qui m'a décidé à m'engager et m'investir sur le terrain dans cette association.

Dans quelle phase se trouve le projet Ankadinondry Sakay (Madagascar) auquel tu as participé ?
À ce jour, la commune d'Ankadinondry Sakay possède un réseau d'eau avec 70 bornes fontaines et 19 branchements. Le développement d'une nouvelle zone, ''les 49 hectares'' et le Village de Mahatsinjo nécessitent l'extension du réseau et de nouvelles ressources pour faire face aux besoins. L'expertise d'Aquassistance a été mise à profit pour trouver les solutions techniques permettant l'extension du réseau et prodiguer des conseils quant à sa gestion.

Quel a été ton rôle sur place ?
Mon rôle a été de suivre avec mes collègues, Claude et Christian, le début des travaux. Ceci implique notamment d'effectuer le tracé (piquage) des nouvelles conduites en essayant d'occasionner le moins de perte de charge possible tout en s'ajustant au terrain vallonné et difficile (il y a par exemple sur le parcours la traversée du fleuve nommé Sakay qui est un obstacle important, surtout en période de crue). Nous avons également suivi la construction des nouveaux kiosques et d'un ouvrage important du réseau : le nouveau réservoir de 40 m3. Ma mission a aussi consisté à analyser le fonctionnement du comité de gestion et à proposer des axes d'amélioration.

Une anecdote ? Un avis sur cette première mission ?

Cette première mission a été pour moi une expérience inoubliable. J'ai eu la chance d'être encadré par deux vétérans d'Aquassistance qui ont été pour moi non seulement des collègues en or mais également des amis. Je me souviendrai toujours de ce fameux jour de marché (le samedi) à Sakay où nous avons été alpagués par un ancien qui sous l'influence manifeste de Tokagache (rhum malgache "maison") avait entrepris une discussion sans fin et totalement incompréhensible avec moi ! Mes deux compères n'ont pas hésité à me soutenir en renchérissant de plus belle. Merci les gars !

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



4 questions à Audrey Le Guen

En quoi consiste ton travail en France ?
Je suis responsable du CRC (Centre de Relations Clients) de la Lyonnaise des Eaux à Bordeaux, depuis 2010. Je gère une équipe de 30 téléconseillers qui répondent aux appels des clients en Aquitaine. Je suis garante de la qualité de leur discours et de leurs statistiques de production.

Comment est née ton implication chez Aquassistance ?
J'ai découvert l'association dès mon arrivée dans l'entreprise et j'ai pu depuis un an m'inscrire en tant que bénévole. Bembou est ma première mission et j'espère pas la dernière !
J'ai été élevée en Afrique (Afrique de l'ouest principalement) toute mon enfance.
Je suis donc très sensibilisée aux problématiques qu'ils affrontent en termes d'eau potable.

Quel est ton rôle dans le projet Bembou au Sénégal ?
J'ai formé le comité de gestion du village à l'autogestion des bornes et de la station de pompage. J'ai établi avec eux les bases d'un mode de fonctionnement de la distribution de l'eau dans le village : le prix de l'eau pour les villageois, comment doivent se faire les contrôles des compteurs, comment doit se faire la distribution de l'eau aux différentes bornes.
J'ai également sensibilisé tous les élèves de l'école primaire à la protection de la ressource et des installations.

Qu'est-ce qui te plaît chez Aquassistance ? Qu'est-ce qui te motive ?
Pouvoir venir en aide à des populations qui souffrent dans ce domaine, sur un continent qui m'est cher ou même ailleurs.
Ma motivation, c'est le partage avec les populations, la jeunesse.
Je suis fière de pouvoir apporter mon soutien à ces personnes, dans la mesure de mes compétences.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


4 questions à Prashant Arora

En quoi consiste ton travail en Inde ?

Je travaille chez Suez Environnement India (SEI) en tant qu'ingénieur projets depuis mars 2012.  J'assiste l'équipe de développement commercial en préparant des propositions de contrats  en matière de services d'eau et j'ai élargi mes responsabilités au domaine des achats.

Comment est née ton implication chez Aquassistance ?

Alexia, une membre d'Aquassistance en France est venue en Inde pour une mission. Lors de nos conversations elle a  mentionné Aquassistance et ses activités. Ceci nous a motivés, un de mes collègues et moi même à rejoin

dre Aquassistance. Nous essayons de développer les activités d'Aquassistance en Inde en identifiant de nouveaux projets.

Tu as participé à une mission à Block de Mau. Quelles sont tes impressions ?
Le projet à Block de Mau dans l'état d'Uttar Pradesh est mené en partenariat avec Rain Drop. Rain Drop s'est rapprochée d'Aquassistance à qui elle a demandé un soutien technique pour la construction de bassins de rétention et d'infiltration qui devraient fournir de l'eau pour la consommation humaine et l'irrigation tout au long de l'année aux villageois qui ont des conditions de vie difficiles. Ils devraient aussi aider à la réalimentation des nappes d'eau souterraines. J'ai apprécié le fait de participer à cette mission et je souhaite remercier Rain Drop, Sarvodaya Sewa Ashram et Aquassistance d'avoir fait de cette mission une réussite.

Qu'est-ce qui te plaît chez Aquassistance ? Qu'est-ce qui te motive ?
L'Inde étant un pays en développement, elle a besoin de construire beaucoup d'infrastructures et d'activités à caractère social. Aquassistance offre une plateforme qui vous permet de rencontrer des personnes ayant une vision commune et désireuses de faire quelque chose en faveur de la communauté. Toute ma gratitude va à l'Association pour le travail qu'elle fait.


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



4 questions à Denis Rodriguez

En quoi consiste ton travail en France ?

Je travaillais chez SAFEGE comme maître d’œuvre en eau et assainissement, pour l’étude et le suivi de chantiers.

Comment est née ton implication chez Aquassistance ?

Quand je suis parti en retraite j’ai gardé une amitié pour mon ancien collègue, Jean-Claude Massol. Un jour il m’a parlé de son engagement chez Aquassistance et voilà, j’ai suivi son exemple.

Quel a été ton rôle au Rwanda ?

En tant que chef de projet je suis parti à Kinunu au Rwanda à deux reprises, pour alimenter en eau 1000 habitants d’un village de veuves qui accueillent chacune deux à trois orphelins : d’abord en juillet 2013 avec Guy Moulaert de l’association belge partenaire, « Les Enfants du Père Martin », pour préparer le terrain (complément d’étude, rencontre avec les fournisseurs et prestataires), puis en janvier 2014 pour suivre les travaux. J’ai eu la chance d’avoir une équipe merveilleuse, très réceptive et enthousiaste, qui n’a jamais baissé les bras malgré les difficultés (retards, malfaçons, pluies). Nous avons récupéré l’eau d’une source pour l’envoyer vers un réservoir de 15 m3 nouvellement créé. Le pompage utilise l’énergie solaire. La distribution se fait à deux nouvelles bornes-fontaines, plus une fontaine remise en état et à un centre de santé.

Qu'est-ce qui te plaît ? Qu'est-ce qui te motive ?

Le travail de maîtrise d’œuvre m’a toujours beaucoup plu, ainsi que le travail de suivi et l’implication dans les travaux. Quand j’ai vu le visage d’une vieille femme qui est venue chercher de l’eau s’illuminer d’un grand sourire, je me suis dit que nous avions servi à quelque chose. Les habitants de Kinunu ont grandement participé aux travaux de réalisation des tranchées dans le cadre des 3 heures mensuelles de travaux d’intérêt collectif. Mon collègue, Michel Tinturier a travaillé avec le comité de gestion de l’eau, avec lequel il a repris les statuts de celui-ci, et l’a aidé à nommer des fontainiers. Nous avons aussi organisé une réunion avec les élèves du collège pour les sensibiliser au projet et j’ai été content de répondre à leurs questions très pertinentes.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

4 questions à Aude Benjamin

En quoi consiste ton travail en France ?

Chez SAFEGE je suis chargée d’affaires en maîtrise d’œuvre en hydraulique et aménagement urbain. Je fais du suivi de chantier et conception d’installations en eau potable et assainissement, y compris en assainissement non collectif.

Comment est née ton implication chez Aquassistance ?

J’ai adhéré suite à une présentation de l’association aux nouveaux arrivants de SAFEGE. Cela faisait longtemps que je voulais m’investir dans l’humanitaire, mais on n’a jamais le temps ou alors on trouve un bon prétexte pour ne pas le faire. Une collègue qui avait elle-même réalisé des missions pour Aquassistance m’a encouragée à postuler pour être bénévole.

Quel a été ton rôle au Cambodge ?

Je suis intervenue deux fois en appui technique, en équipe avec Pierre Thibaudat, pour faire un diagnostic en vue de raccorder en eau potable deux villages cambodgiens. La première fois nous avons bien appréhendé le contexte du site et avons fait des analyses d’eau et des mesures de pression afin de confirmer notre choix, puis nous avons préparé l’étape suivante, celle des travaux. Mon souhait serait de suivre aussi les travaux et former les villageois pour la pose des canalisations. Ce serait vraiment au cœur de mon métier et cela me permettrait d’accompagner le projet jusqu’à sa réalisation.

Qu'est-ce qui te plaît ? Qu'est-ce qui te motive ?

Le fait de découvrir des pays, des cultures différentes et aussi d’apporter mes connaissances pour aider les personnes dans le besoin. L’accueil dans les villages avec le sourire est en lui-même une reconnaissance énorme. C’est un enrichissement sur le plan professionnel et personnel.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


4 questions à Pierre Noguera et Christian Rodier, au retour des Philippines

Vous êtes tous deux souvent intervenus pour alimenter en eau des populations en urgence. Quelle situation avez-vous trouvé après le passage du Typhon Haiyan aux Philippines ?

Christian : Imaginez l’effet d’un énorme aspirateur. La plupart des toitures, portes et fenêtres n’ont pas résisté à la violence du vent. L’eau de mer s’est engouffrée dans les habitations proches de la mer. Le paysage ressemblait fort à celui d’après un tsunami.

Comment s'organise la population après la catastrophe ?

Pierre : L’État philippin a embauché des gens pour le nettoyage. Les habitants, très vaillants, retapent les maisons, surtout les toits.

Christian : Il fallait nettoyer d’urgence pour éviter les épidémies. Il y avait beaucoup de fumée, car on brûlait des débris. Les gens se réorganisent, le petit commerce repart. A aucun moment nous n’avons ressenti d’insécurité.

Que pouvez-vous dire sur la collaboration avec les représentants d'ACF, le partenaire d'Aquassistance ? 

Pierre : Elle a été excellente, comme toujours.

Christian : Assez vite ils ont réussi à organiser la logistique. Les conditions n’étaient pas faciles, étant donné qu’il y avait peu de bâtiments debout et qu’il a fallu un certain temps avant que les routes soient déblayées pour le passage du camion qui transportait les matériels.

Qu'avez-vous réalisé pendant votre mission ?

Christian : Nous avons installé une première unité de traitement à Barangay Nord, sur le site d’une station de production d’eau, où la population venait s’alimenter en eau directement. En parallèle, nous avons mis en place un doseur proportionnel de chlore sur le réservoir de l’hôpital Eastern Visayas, remis en état par une ONG espagnole.

Pierre : Quant à la deuxième unité, nous l'avons installée à Tanawan, sur la côte plus au Sud de la ville de Tacloban, en utilisant l’eau d’un puits. Il a fallu pomper au départ pour nettoyer le fonds du puits, vaseux en raison de la présence d’eau saumâtre. Sur chaque site, nous avons formé des agents techniques philippins qui exploitent les unités, actuellement sous encadrement d’ACF.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

4 questions à Carine July

En quoi consiste ton travail en France ?
Je suis Directeur de Projet dans le cadre du Programme de Transformation de SITA France. Je suis en charge de l'accompagnement à la définition, le pilotage, le suivi et le déploiement de projets internes structurants pour le Groupe. Expert en gestion de projet, j'accompagne les opérationnels.

Comment est née ton implication chez Aquassistance ?
Mon implication chez Aquassistance est née de la concordance du souhait de m'investir dans l'humanitaire et de la rencontre avec Sylvain Planchon, Président d'Aquassistance.

Quel a été ton rôle au Burundi ?
Avec mes coéquipiers, le chef de mission, Sylvain Planchon et Julien Peyre, ingénieur, nous sommes partis en mission d'expertise pour la mise en place d'un système de collecte de déchets pour 8.500 habitants. Sur place, nous avons compris qu'il s'agissait d'une commune de 62.000 habitants. Nous nous sommes donc recentrés sur la sensibilisation et la formation des populations et notamment des femmes. Mon rôle : comprendre les parties prenantes dans le projet lors d'entretiens avec les instances locales, les motivations et les leviers potentiels d'action grâce à des échanges avec la population, surtout les femmes, discussions avec les chefs de quartier, explication du projet dans la rue au pied d'un arbre entourée de ceux qui nous rejoignaient, réponses aux questions sur l'emploi, l'hygiène...

Qu'est ce qui te plaît ? Qu'est-ce qui te motive ?
J'aime le contact avec les populations locales, la découverte de nouvelles cultures, les rencontres parfois émouvantes voire dures, souvent insolites et drôles. Ce qui me motive ? Tenter d'apporter une aide même minime à des populations démunies.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

4 questions à Gauthier Bordenave

En quoi consiste ton travail en France ?
J'occupe le poste de technicien de traitement au sein de l'entreprise régionale Lyonnaise des Eaux Landes Pays Basque Béarn. Mon travail consiste à exploiter l’ensemble des ouvrages de traitement des eaux usées afin de garantir la conformité des rejets et préserver la qualité des eaux de baignade. Mon secteur d’action se situe sur la Côte Basque.

Comment est née ton implication chez Aquassistance ?
J’ai connu Aquassistance par l’intermédiaire de mes collègues. Désireux de mettre à disposition mes compétences au service de population pour qui l’eau est un réel problème, je me suis porté candidat à une première mission au Bénin.

Quel est ton rôle au Bénin ?
Le projet consiste à alimenter en eau potable le village de Koussoucoingou à travers la construction d’un château d’eau, de bornes fontaines, d’un réseau de distribution et l’installation d’une pompe de forage. Je suis parti en mission avec un autre bénévole d’Aquassistance, Jean-Claude Massol, ingénieur retraité de SAFEGE.

Nous avions un rôle d’assistance au maître d’ouvrage (choix de l'entreprise et du maître d’œuvre, suivi...). Je m’occupe principalement de la partie électrotechnique du projet et je suis amené à réaliser la mise en route du système de pompage. 

Qu'est ce qui te plaît ? Qu'est-ce qui te motive ?
Malgré une certaine appréhension au départ, je suis enchanté de repartir prochainement.
La rencontre des habitants est un moment fort. Leur sourire, leur joie est une réelle motivation.
L’association m’offre l’occasion d’acquérir une expérience nouvelle dans un environnement inconnu.
Cela me permet d’associer mon métier et une mission à visée humanitaire.