Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Actualités


Retour
Sénégal (Tambacounda) - Une nouvelle décharge

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Sénégal (Tambacounda) - Une nouvelle décharge

La commune de Tambacounda, dont la production de déchets est estimée à dix mille tonnes par an, s’est rapprochée d’Aquassistance pour avoir un appui en vue de créer une décharge contrôlée. La décharge actuelle est en centre-ville dans une zone qui va être construite.

Située à 470 kilomètres à l’est de Dakar, Tambacounda est une ville de 90.000 habitants, carrefour vers le Mali à l’est et vers la Casamance et la Guinée au sud. Elle est jumelée avec La Roche-sur-Yon (Vendée) et Sint-Niklaas (Flandre Orientale - Belgique), qui la soutiennent depuis de nombreuses années pour améliorer le service de gestion des déchets. Une mission commune d’Aquassistance et des autres partenaires s’est déroulée du 24 novembre au 1er décembre 2012. L’objectif principal de cette mission d’expertise est atteint car nous avons pu valider un des sites qui nous ont été proposés. C’est une très grande carrière en fin d’exploitation, facile d’accès, sans habitations aux alentours, d’une grande capacité et facile à aménager au moindre coût. Nous avons remis à la mairie un avant-projet sommaire d’implantation. Mais ce site se trouve à six kilomètres du centre-ville, ce qui va obliger à revoir le système de collecte existant.

Aujourd’hui, la commune n’assure pas de service de collecte. La ville est divisée en 28 quartiers, gérés par des Comités de Développement de Quartiers (CDQ). Sept quartiers pilotes -les plus peuplés- ont reçu des charrettes et des ânes ainsi que du petit matériel. Les CDQ proposent aux habitants un service de collecte en porte à porte trois fois par semaine moyennant une redevance mensuelle de 1.000 francs CFA. Les charretiers vont vider les déchets soit à la décharge du centre-ville soit dans un des quatre dépôts relais (et parfois dans des dépôts sauvages). Ce système fonctionne plutôt bien. Dans les autres quartiers, les habitants passent par des collecteurs privés ou vident eux-mêmes leurs déchets au plus près de chez eux, sur des terrains non occupés ou dans des dépôts sauvages. La mairie assure seulement une collecte quotidienne des déchets du marché principal. Elle fait appel, mais pas assez souvent, à une entreprise qui possède des tractopelles et des camions pour réaliser des opérations ponctuelles de nettoyage de dépôts sauvages (encore très nombreux) et de vidage des dépôts-relais.

La création de la nouvelle décharge aura pour conséquence la suppression de l’accès direct à la décharge pour plusieurs quartiers et l’augmentation des temps de transport pour aller évacuer les déchets à partir des dépôts-relais existants. Nous avons donc préconisé la généralisation de la pré-collecte par les CDQ au moyen de charrettes et l’implantation de plusieurs dépôts-relais de petite taille dans tous les quartiers en utilisant des clôtures en végétaux peu coûteuses. Pour le vidage des dépôts-relais une fois par semaine et l’exploitation de la future décharge, nous pensons qu’une tractopelle et deux tracteurs avec remorque-benne seront nécessaires, exploités soit par la mairie soit en sous-traitance à une entreprise privée. Enfin, nous avons proposé un plan d’actions à la mairie, qui doit fournir un ensemble d’informations pour nous permettre de chiffrer les besoins en investissements et de préparer un calendrier de mise en exploitation de la décharge.

Consultez également
Bangladesh -  Evaluation de la situation des camps de Rohingyas avec PUI

Bangladesh -  Evaluation de la situation des camps de Rohingyas avec PUI

Cet été, Aquassistance a mené une mission conjointe avec les équipes de Première Urgence...

28 septembre 2018
Guinée (Pita) - Des nouvelles du centre de santé de l'Ordre de Malte

Guinée (Pita) - Des nouvelles du centre de santé de l'Ordre de Malte

En mars dernier, nous avions mené une mission d’assistance technique pour l’Ordre de Malte, qui...

27 septembre 2018
Burkina Faso : Réception des travaux de Dahoré

Burkina Faso : Réception des travaux de Dahoré

En août 2018, Aquassistance a réalisé une mission de réception des travaux pour le projet...

27 septembre 2018
Nouvelle publication : Rapport d'activités 2017

Nouvelle publication : Rapport d'activités 2017

Découvrez notre dernier rapport d’activités qui retrace l’essentiel de l’année 2017 : les faits...

5 septembre 2018
Madagascar - démarrage des 4 chantiers du programme Ranofisotro

Madagascar - démarrage des 4 chantiers du programme Ranofisotro

En 2017, nous avions réuni les financements du programme « Ranofisotro », qui signifie « Eau...

31 juillet 2018
Togo (Aného) - retour de mission Juillet 2018

Togo (Aného) - retour de mission Juillet 2018

Fin 2017, deux bénévoles avaient réalisé une mission de formation des opérateurs du SPANC...

27 juillet 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus