Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Actualités


Retour
Thaïlande (Mae La) - Approvisionner en eau un camp de réfugiés Birmans

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Thaïlande (Mae La) - Approvisionner en eau un camp de réfugiés Birmans

L’ONG Solidarités International (SI) opère la distribution d’eau potable du camp de réfugiés birmans Mae La, près de la ville de Mae Sot en Thaïlande. Les conditions de vie dans ce camp sont précaires, la totalité des besoins de la population du camp étant assurée et financée par des organismes internationaux et des ONG : nourriture de base, soins, éducation, eau potable…

Le camp, d’environ 45 000 personnes, est implanté depuis 25 ans dans une région montagneuse sur une bande de terrain de 4 km de long sur moins de 1 km de large. Les quantités d’eau potable minimales jugées nécessaires à la population du camp ont été fixée à 15 l/jour/habitant ce qui constitue l’objectif contractuel de SI.

Depuis l’origine, un habitat en bois s’est développé, qui ressemble plus aux constructions villageoises traditionnelles qu’à un camp de réfugiés et dont le confort relatif entraîne des besoins en eau supérieurs au minimum. Pour y faire face, le camp dispose d’une centaine de points d’eau (sources, puits, forages, rivière) disséminés, dont une vingtaine est raccordée au réseau public de distribution, seul susceptible de délivrer une eau potable. Ce réseau public ne comporte que des bornes fontaines et concentre l’essentiel des efforts de SI pour atteindre ses objectifs. Toutes ces ressources sont souvent turbides en saison des pluies et contaminées par les infiltrations d’eaux usées issues des nombreuses latrines non étanches.

Pour satisfaire une partie de leurs besoins en eau, les résidents ont recours aux 80 autres points d’eau. Malgré les campagnes de sensibilisation faites par SI pour recommander l’usage exclusif de l’eau du réseau pour la boisson et la cuisine, certains résidents utilisent ces autres ressources mal contrôlées pour la boisson. Il en résulte une extrême difficulté à s’assurer que les maladies infectieuses qui se développeraient dans le camp ne proviennent pas de l’eau. Face à cette situation, SI a demandé à Aquassistance de faire un diagnostic, de proposer des solutions techniques pour l’améliorer et des évolutions dans la gestion du système pour qu’il puisse commencer à être pris en charge par la population du camp de manière autonome, notamment au plan financier.

A long terme et en supposant que les ressources financières le permettent, la seule solution serait de renforcer la capacité de production des ressources connectées au réseau en ayant recours éventuellement à l’eau de rivière pour permettre de satisfaire l’ensemble des besoins par le réseau public, de concentrer les ressources d’eau brute en un ou deux points et d’y construire une ou deux usines de traitement appropriées et de fermer tous les autres points d’eau non raccordés au réseau.

A court terme, si cette approche long terme ne peut être retenue, pour des raisons économiques notamment, des actions ponctuelles ont été proposées pour améliorer la qualité de fourniture du réseau public. Dès que possible, si les ressources le permettent, il faudrait commencer à réaliser des branchements individuels aux consommateurs solvables et à leur facturer l’eau.

Consultez également
Bangladesh -  Evaluation de la situation des camps de Rohingyas avec PUI

Bangladesh -  Evaluation de la situation des camps de Rohingyas avec PUI

Cet été, Aquassistance a mené une mission conjointe avec les équipes de Première Urgence...

28 septembre 2018
Guinée (Pita) - Des nouvelles du centre de santé de l'Ordre de Malte

Guinée (Pita) - Des nouvelles du centre de santé de l'Ordre de Malte

En mars dernier, nous avions mené une mission d’assistance technique pour l’Ordre de Malte, qui...

27 septembre 2018
Burkina Faso : Réception des travaux de Dahoré

Burkina Faso : Réception des travaux de Dahoré

En août 2018, Aquassistance a réalisé une mission de réception des travaux pour le projet...

27 septembre 2018
Nouvelle publication : Rapport d'activités 2017

Nouvelle publication : Rapport d'activités 2017

Découvrez notre dernier rapport d’activités qui retrace l’essentiel de l’année 2017 : les faits...

5 septembre 2018
Madagascar - démarrage des 4 chantiers du programme Ranofisotro

Madagascar - démarrage des 4 chantiers du programme Ranofisotro

En 2017, nous avions réuni les financements du programme « Ranofisotro », qui signifie « Eau...

31 juillet 2018
Togo (Aného) - retour de mission Juillet 2018

Togo (Aného) - retour de mission Juillet 2018

Fin 2017, deux bénévoles avaient réalisé une mission de formation des opérateurs du SPANC...

27 juillet 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus