Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Retour
Népal (Pharping) – Un schéma directeur en eau potable

Népal (Pharping) – Un schéma directeur en eau potable

C’est à la demande de « l’Association Médicale Toit du Monde » (AMTM), engagée dans le suivi médical de réfugiés tibétains au Népal que nous sommes intervenus à Pharping. Dans cette petite ville de 20 000 habitants située à 25 kilomètres au sud de Katmandu, AMTM implantait un nouvel « hôpital » pour lequel elle souhaitait sécuriser l’alimentation et la qualité de l’eau. Mais notre réflexion s’est vite étendue à l’ensemble de la ville.

Deux premières missions conduites avec l’assistance de Jean-Marie Battarel ont permis de faire le point sur la ressource en eau et les capacités de distribution. Aujourd’hui l’eau n’est à disposition que quelques heures par jour, la contrainte majeure étant la disponibilité de l’électricité. Nous nous sommes rapidement rendu compte que la région bénéficiait d’une multitude de petites sources, pour la plupart assez bien alimentées, mais pas du tout gérées. De plus, Pharping même se situe dans une zone au profil assez difficile (vallées multiples, forts dénivelés) et doit faire face à un urbanisme anarchique avec par exemple l’implantation de grands monastères bouddhistes juste au-dessus des sources. Notre conviction était qu’avec un aménagement et une gestion correcte des sources et l’adjonction d’une ressource complémentaire nous serions capables d’assurer une distribution quasi permanente de la ville de Pharping.

Une recherche géophysique a confirmé la possibilité de réaliser de nouveaux forages dans un des vallons au-dessus de Pharping. Avant de réaliser des travaux importants, une donnée majeure restait à évaluer : quel serait le développement de Pharping dans les dix ans à venir et où l’implantation de nouveaux équipements tels que les monastères peut-elle s’envisager ? C’était l’objet de la dernière mission, avec l’assistance de Benoite Ringo, que de lancer la réalisation d’un schéma directeur, avec l’aide d’un ingénieur conseil local. Cette étude et les premiers investissements d’aménagement des réseaux seront réalisés grâce à la participation financière que le « Comité des Usagers de l’Eau de la Communauté Urbaine de Bordeaux » a accordée à Aquassistance.

Localement nous bénéficions d’un élément favorable qui est la création d’une nouvelle société de gestion de l’eau pour la vallée de Katmandu (K.U.K.) avec laquelle nous avons établi d’excellentes relations. Par contre le climat politique est devenu plus difficile. Mais une dernière réunion publique nous a rassurés sur la pérennité du projet et son acceptation enthousiaste par la population.

Consultez également
Congo Brazzaville - Expertise à Mossendjo

Congo Brazzaville - Expertise à Mossendjo

L’automne 2021 a été l’occasion d’une reprise des projets en République du Congo, avec deux...

22 décembre 2021
Togo - une diversité de projets

Togo - une diversité de projets

L’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à la gestion des déchets a fait l’objet de pas...

21 décembre 2021
Formations par et pour les bénévoles

Formations par et pour les bénévoles

Les formations d'Aquassistance ont repris en 2021, avec une offre destinée aux adhérents, pour...

17 décembre 2021
Cameroun - travaux et évaluation

Cameroun - travaux et évaluation

Cinq intervenants d’Aquassistance, quatre bénévoles et le Délégué Général, sont partis en même...

16 décembre 2021
Sénégal - des projets actifs en gestion des déchets

Sénégal - des projets actifs en gestion des déchets

Une équipe de trois bénévoles aguerris en matière de gestion des déchets, Jean-Luc Besset,...

14 décembre 2021
Objectif : certification OMS

Objectif : certification OMS

Secouristes Sans Frontières Medical Team (SSF MT), ONG urgentiste, a établi avec Aquassistance...

8 décembre 2021