Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Retour
Sénégal - Des nouvelles du Programme Alizés 2

Sénégal - Des nouvelles du Programme Alizés 2

Ce programme eau et santé a été initié par le GRET à la suite d’Alizés 1 en février 2005 avec divers partenaires dont Aquassistance pour approvisionner en eau des villages de la Région de Saint Louis et Louga. Prévu pour fournir de l’eau à environ 20.000 personnes, ce projet comprend la mise en place d’équipements de forages, réservoirs d’eau et réseaux dans la Région de Louga et la construction de stations de traitement d’eau de surface, réservoirs et réseaux dans la Région de Saint Louis. Ces ouvrages devraient être tous opérationnels au second semestre de 2008.

La responsabilité spécifique d’Aquassistance porte sur les techniques de traitement d’eaux de surface (faisabilité technique, choix, préparation des APS, formation des entreprises sélectionnées et des opérateurs, cofinancement) sans toutefois négliger un appui technique sur la qualité d’eau et les réseaux.

Dans la Région de Louga (départements de Louga et Kébémer) les villages sont très nombreux et de petite taille (300 à 700 habitants). Six sites de forage ont été équipés dans le cadre d’Alizés 2 en ayant recours à des énergies renouvelables éoliennes ou panneaux solaires.

Dans la région de Saint Louis (département de Dagana et ouest de Podor), les villages se situent pour la plupart en bordure du fleuve Sénégal ou de l’un de ses bras. Comme les eaux souterraines sont contaminées par du sel, les populations villageoises consomment des eaux de surface contaminées sur le plan bactériologique. Ce problème se double d’une pénibilité très grande due aux distances de transport de l’eau du fleuve au village. Sur le principe de la station pilote de traitement d’eau de surface utilisant l’énergie éolienne, Ndiawdoune, trois stations ont été construites avec réservoir et réseau : Fanaye Walo, Kharé et Ndiakhaye et deux sont en cours de construction, Bokhol et Thiangaye. Un sixième site, situé près de Saint Louis devrait être rajouté en 2008. La station de Kharé est la seule à utiliser une énergie renouvelable (éolienne).

Avec des débits de quelques m3/h, les trois premières installations fonctionnent une dizaine d’heures par jour depuis 2007 pour alimenter au total une population de 3.000 personnes. Les stations de Bokhol (10 m3/h) et de Thianghaye (6m3/h) seront mises en route d’ici à la fin du mois de juin pour alimenter 8.500 personnes.

Le même schéma de principe et d’équipement a été volontairement adopté pour la construction de ces stations. Cela offre plusieurs avantages : (i) acquisition d’une plus grande expérience par les entreprises locales, en particulier celles de génie civil et de montage d’équipements, (ii) retour d’expérience des premières stations pour le dimensionnement et les conditions d’opération des suivantes, (iii) plus de facilité dans la mise en route des installations et la formation des opérateurs et (iv) encouragement pour qu’il y ait des échanges permanents entre les différents opérateurs.

Sur le terrain, en 2007 et 2008, Aquassistance s’est fortement impliquée dans le fonctionnement des installations du programme Alizés 2. Des missions spécifiques ont assuré le bon déroulement des mises en route et la formation initiale des opérateurs. Un stagiaire a été envoyé pendant six mois pour étudier l’impact des changements importants de qualité d’eau brute pendant la saison des pluies sur les conditions d’opération des stations. C’est ainsi qu’il a été décidé de prévoir l’ajout de chaux pour contrôler le pH sur les deux dernières réalisations. Enfin, une mission a été montée en février 2008 pour faire une formation de trois jours sur le traitement d’eau à l’ensemble des opérateurs du projet Alizés 2. Des opérateurs de stations voisines ont également été invités pour essayer de mettre en place un groupe d’opérateurs qui pourrait échanger des expériences, voire, dans le futur, faire des commandes groupées de réactifs et de matériel.

En résumé, si l’on excepte quelques petits problèmes, les installations du programme fonctionnent de façon satisfaisante. Reste sans doute à s’assurer de la pérennité des systèmes mis en place sur un plan aussi bien technologique qu’humain.

Consultez également
Irak - La formation recherche et réparation des fuites porte ses fruits

Irak - La formation recherche et réparation des fuites porte ses fruits

A Dohuk, comme dans la plupart des villes de la région, 40% de l’eau potable produite se perdait...

8 septembre 2020
Une trentaine de bénévoles d'Aquassistance mobilisés en France

Une trentaine de bénévoles d'Aquassistance mobilisés en France

Le triple appel lancé fin mai auprès de la communauté de membres d’Aquassistance a trouvé écho,...

23 juin 2020
Île-de-France – Améliorer l'accès à l'hygiène pour l’habitat informel

Île-de-France – Améliorer l'accès à l'hygiène pour l’habitat informel

Depuis le début de la crise sanitaire provoquée par le Covid19, des instances de coordination...

1 juin 2020
Sénégal - Appui à la structuration de la gestion des déchets de Méckhé

Sénégal - Appui à la structuration de la gestion des déchets de Méckhé

Méckhé est une ville au Sénégal située sur la Route Nationale 2 qui relie Dakar à Saint-Louis, à...

28 mai 2020
Togo - Intervention à Agamahé pour rétablir l’accès à l’eau

Togo - Intervention à Agamahé pour rétablir l’accès à l’eau

Il y a deux mois, l’approvisionnement en eau d’Agamahé était interrompu à la suite d’une panne...

20 mai 2020
Côte d’Ivoire - Démarrage des travaux à Niagbameko

Côte d’Ivoire - Démarrage des travaux à Niagbameko

L’Association Hawaï qui rassemble des membres de la diaspora du village de Niagbameko en Côte...

18 mai 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus