Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Retour
Mali (Tafacirga) – Trois associations se mobilisent

Mali (Tafacirga) – Trois associations se mobilisent

S’il est un sujet où les hommes et les femmes de Tafacirga sont d’accord, c’est bien le problème de l’eau. Les uns sont prêts à participer activement aux travaux, les autres sont prêtes à participer financièrement pour assurer la pérennité du projet. Ce sont des éléments forts qui ressortent de l’expertise menée par Aquassistance à la demande des Associations des Jeunes de Tafacirga en France (AJTF) et VAVU de Villeneuve la Garenne.

Cette mission a été menée du 30 mai au 7 juin par Louise Mercadier, Frédérik Landrieu et Jean-Marie Battarel, accompagnés de Sidibé Djime, Président de l'AJTF et d'Aziz Mimoun, Animateur de VAVU.

Le village de Tafacirga (2500 habitants) est situé en plein Sahel, à une quarantaine de kilomètres à l'Est de Kayes et six heures de route de Bamako. Il comprend également le hameau de Djoumé (400 habitants), à sept kilomètres. L’accueil a été très chaleureux et une première réunion regroupant tout le village a permis d'appréhender les conditions de vie locale et les attentes en matière d'alimentation en eau potable et d'hygiène. La demande pressante du village est de disposer d’eau en qualité et en quantité. Les villageois se sentent impliqués dans le projet. Les femmes vont actuellement chercher l’eau plusieurs fois par jour au puits le plus proche à l’aide de bidons ou bassines en plastique, ou bien l’achètent à de petits. Sur les trois puits encore en eau en fin de saison sèche, seul le puits dit « 1962 » s'est révélé avoir un débit d'exploitation supérieur à 10 m3/h permettant de couvrir les besoins du village.

La situation du hameau de Djoumé est plus précaire. Il est inaccessible durant la saison des pluies et à la saison sèche tous les puits sont taris. Les villageois creusent alors des trous dans le lit de l’oued et puisent dans les petites flaques d’eau turbide qui apparaissent au fond de ces terrains silico-argileux. La solution proposée est d'équiper le puits « 1962 » d'une pompe immergée fonctionnant avec des panneaux solaires pour alimenter un réservoir sur tour puis un réseau de quelques bornes fontaines réparties dans le village. Un surpresseur alimenterait le hameau de Djoumé via une canalisation de 7 km terminée par un réservoir et deux bornes fontaines.

Le montant de ce projet a été évalué à 140 000 euros et nous espérons trouver rapidement un financement afin que les habitants puissent passer les prochaines saisons sèches dans de meilleures conditions.

Consultez également
Congo Brazzaville - Expertise à Mossendjo

Congo Brazzaville - Expertise à Mossendjo

L’automne 2021 a été l’occasion d’une reprise des projets en République du Congo, avec deux...

22 décembre 2021
Togo - une diversité de projets

Togo - une diversité de projets

L’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à la gestion des déchets a fait l’objet de pas...

21 décembre 2021
Formations par et pour les bénévoles

Formations par et pour les bénévoles

Les formations d'Aquassistance ont repris en 2021, avec une offre destinée aux adhérents, pour...

17 décembre 2021
Cameroun - travaux et évaluation

Cameroun - travaux et évaluation

Cinq intervenants d’Aquassistance, quatre bénévoles et le Délégué Général, sont partis en même...

16 décembre 2021
Sénégal - des projets actifs en gestion des déchets

Sénégal - des projets actifs en gestion des déchets

Une équipe de trois bénévoles aguerris en matière de gestion des déchets, Jean-Luc Besset,...

14 décembre 2021
Objectif : certification OMS

Objectif : certification OMS

Secouristes Sans Frontières Medical Team (SSF MT), ONG urgentiste, a établi avec Aquassistance...

8 décembre 2021